Les conditions météorologiques prévues pour le début de semaine sont favorables à la décrue sur la Seine et ses affluents.

Le-Mesnil-le-Roi. Ce champ agricole s'est transformé en lac pour les cygnes
Le-Mesnil-le-Roi. Ce champ agricole s'est transformé en lac pour les cygnes © Radio France / Mathilde Dehimi

Des cumuls de pluies inédits ont généré des crues en série sur la France en janvier.

La Seine est toujours en vigilance orange, notamment dans la capitale et en Normandie, de même que l'aval de la Marne. 

Les conditions météorologiques prévues pour le début de semaine sont favorables à la décrue sur la Seine et ses affluents. La propagation des ondes de crues se poursuit et nécessite toujours une attention soutenue, selon Vigicrues et le ministère de la Transition écologique et solidaire.

En amont de Paris,  le niveau de la Seine a baissé en amont de sa confluence avec l’Aube. En conséquence, le secteur de la Seine troyenne a été placé en vigilance jaune, et non plus orange, dimanche matin. Les niveaux maximaux sont atteints et resteront élevés sur la Seine moyenne à Melun, Corbeil et Alfortville. La décrue devrait s’amorcer en tout début de semaine. Les cotes maximales ont été atteintes sur l’ensemble de la Marne dans la journée de samedi en amont de Gournay, et ce matin à Créteil. 

A Paris,  la Seine au pont d’Austerlitz s’est stabilisée à 5,50m. La décrue, qui sera lente, commencera en tout début de semaine prochaine.

Dans les Yvelines, le reportage de Mathilde Dehimi : 

La propagation des crues se poursuit en aval de Paris. Dans le secteur des boucles de la Seine, le débit du fleuve reste soutenu par l’Oise et l’influence de la crue de la Marne. Les niveaux se stabilisent pendant le week-end, avant la décrue qui s’amorcera la semaine prochaine. Les niveaux atteints sont supérieurs à ceux de la crue de juin 2016 et comparables à ceux de la crue de mars 2001.

De Vernon à la boucle d’Elbeuf, les débordements sont importants et supérieurs à ceux enregistrés en juin 2016.

Le ministère signale que les comportements de prudence restent de rigueur à proximité de tous les cours d’eau en crue. 

Gilet de sauvetage pour le zouave de l'Alma

Un gilet de sauvetage habille désormais le zouave du pont de l'Alma à Paris
Un gilet de sauvetage habille désormais le zouave du pont de l'Alma à Paris © AFP / Alphacit NEWIM / CrowdSpark

Le zouave du pont parisien de l'Alma, eau à hauteur de cuisses, a été équipé dimanche d'un gilet de sauvetage, une opération spectaculaire destinée à sensibiliser à l'impact du dérèglement climatique. 

La crue de la Seine et le courant empêchant toute approche par bateau, la statue a été habillée par deux grimpeurs descendus en rappel, sous le regard du photographe Yann Arthus-Bertrand, parrain avec sa fondation Goodplanet de cette opération initiée par une agence de communication.

"Get ready for global warming" ("Préparez-vous au réchauffement climatique"), pouvait-on lire sur la banderole noire déployée sur le pont, au-dessus de la statue.

"C'est un beau symbole", a estimé Yann Arthus-Bertrand, qui s'alarme d'une "perte de biodiversité inédite, d'une course à la croissance qui détruit la planète".

Selon une nouvelle étude scientifique européenne parue fin janvier, le réchauffement mondial va, notamment, multiplier les crues sur le continent, l'air plus chaud contenant plus d'humidité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.