[scald=93543:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Une étude officielle publiée mercredi montre une forte hausse de la délinquance étrangère en France, des statistiques qui tendent à conforter la position du gouvernement, décidé à accroître les expulsions d'étrangers condamnés.

Entre 2006 et 2011, la part des étrangers parmi les personnes mises en cause pour des vols est passée de 12,8% à 17,3%, selon les données l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Le nombre de Français interpellés a baissé de près de 8% sur la même période.

Pour les violences aux personnes, considérées de longue date comme un indicateur sensible de la délinquance, cette part est de 12,4% en 2011. Pour les vols sans violence, plus de 20% des interpellés sont de nationalité étrangère.

Cette étude a été publiée au lendemain de l'annonce de l'examen le 1er mars à l'Assemblée nationale d'une proposition de loi UMP tendant à accroître les expulsions d'étrangers condamnés.

Le "Monsieur sécurité" du candidat socialiste François Hollande, a estimé que cette étude marquait "l'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy d'un parfum nauséabond", a rapporté son service de presse.

Le sénateur et maire de Dijon a relevé "la concomitance entre ce rapport, l'annonce d'un projet de loi qui serait déposé le 1er mars et qu'on n'aura donc pas le temps de voter et les propositions du candidat Sarkozy annonçant dans Le Figaro Magazine un référendum sur l'immigration".

Pour Louis Aliot, numéro deux du Front national, cette étude est une "révélation", car "c'est la première fois qu'un organisme officiel pointe la corrélation qui existe entre immigration et insécurité."

DÉLINQUANCE DE SUBSISTANCE

"L'observatoire ouvre les yeux de tous de nos compatriotes sur les méfaits d'une immigration massive et incontrôlée", dit-il dans un communiqué, estimant que "seule Marine Le Pen propose de mettre un terme à l'immigration et d'expulser tous les délinquants étrangers."

L'ONDRP, organisme chargé des statistiques de la délinquance, a assorti son étude de mises en garde, soulignant qu'il faut éviter "d'utiliser les chiffres à des fins abusives".

Pour Alain Bauer, le président de l'ONDRP, cette hausse de la proportion de personnes de nationalité étrangère s'explique notamment par "la délinquance de subsistance". On vole pour vivre en raison de "la crise" dans son propre pays, a-t-il dit sur Europe 1.

Mais l'étude publie pour la première fois, sur la base des fichiers de police et de gendarmerie, la répartition des mis en cause par nationalité.

Or, le résultat va dans le sens du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, qui a mis en cause d'une façon répétée les étrangers venus de Roumanie.

Selon l'ONDRP, le nombre de mis en cause venus de Roumanie a fortement augmenté entre 2008 et 2010 (+ 144,5% pour les vols avec violence, + 168,1% pour les vols avec effraction, + 153% pour les vols à la tire".

En revanche, en matière de dégradations ou de destructions, la proportion d'étrangers mis en cause ne dépasse pas 8% de 2006 à 2011, et ne progresse que très faiblement.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.