Un arrêté du ministère de la Santé (qui date de mars dernier) prévoit d'interdire au 1er janvier, quasiment tous les colorants utilisés dans les encres de tatouage, pour des "raisons de sécurité". Les tatoueurs défendent leur savoir-faire.

L'ANSM -- l'Agence nationale de sécurité du médicament, estime ne pas disposer de données suffisantes pour s'assurer de leur inocuité. Les représentants du syndicat national des artistes tatoueurs se défendent. "Aucun pic statistique de maladie recensée chez les tatoués", disent-ils, alors qu'ils existent depuis la nuit des temps. Ils ont ont été auditionnés mercredi, à l'Assemblée nationale, par Olivier Veran, député de l'Isère, dans le cadre d'un projet législatif. Tin-Tin a été reçu mercredi par le député socialiste de l'Isère Olivier Véran à l'Assemblée nationale :

Ce n'est pas parce qu'il y a des allergiques au glutène qu'on interdit les boulangers.

La majeure partie des encres de tatouage bientôt interdites
La majeure partie des encres de tatouage bientôt interdites © Radio France / Béatrice Dugué

59 colorants sont soupçonnés d'être nocifs. Les produits de tatouage ont un statut spécial et ne rentrent pas dans la catégorie des cosmétiques. Ils sont considérés comme des "procédés invasifs et au long cours avec effraction de la peau et du derme", réglementés par une législation particulière. Supprimer un tatouage est possible mais requiert plusieurs séances de laser.

L'arrêté ministériel, publié à la demande de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), interdit 59 colorants sur 153 utilisés dans les produits cosmétiques et notamment dans les encres de tatouage "pour des raisons de sécurité".

Dans un communiqué publié en janvier 2013, le Syndicat national des dermatologues estime que les encres de tatouages sont "dangereuses pour la peau" car elles contiennent notamment "des métaux toxiques" et des types d'hydrocarbure dont "la plupart sont cancérigènes".

Selon un sondage, cité par les initiateurs du Mondial du tatouage organisé à Paris au printemps, 10% des Français sont tatoués aujourd'hui, dont 20% des 25-35 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.