Le Comité consultatif d'éthique se prononce ce mardi pour la procréation médicalement assistée pour les femmes célibataires et les lesbiennes. Un pas vers un débat parlementaire.

Le comité consultatif d'éthique se prononce pour la PMA pour toutes les femmes
Le comité consultatif d'éthique se prononce pour la PMA pour toutes les femmes © AFP / PHANIE BURGER

La procréation médicale assistée (PMA) est aujourd'hui réservée en France aux seuls couples hétérosexuels, qui peuvent prouver qu'ils sont en couple depuis au moins deux ans et qui souffrent d'infertilité ou qui risquent de transmettre une maladie grave à l'enfant.

Dans cet avis très attendu, le Comité Consultatif National d'Ethique ouvre donc la voie à l'insémination artificielle avec donneur de sperme, à toutes les femmes. Il reste en revanche opposé à la gestation pour autrui (GPA) et donc au recours aux mères porteuses en France.

Macron favorable"à titre personnel" à la PMA pour toutes les femmes

En avril, pendant la campagne présidentielle, le candidat Emmanuel Macron avait indiqué, dans un courrier aux associations LGBT (lesbiennes, gays, bis et trans), qu'il attendrait que le CCNE "ait rendu son avis (...), pour pouvoir construire un consensus le plus large possible", tout en se disant "favorable" à une loi ouvrant la PMA "aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires". " Si un tel débat aboutit favorablement, je légaliserai la PMA, mais je ne le porterai pas comme un combat identitaire"

Son mouvement En Marche ! plus affirmatif

Son mouvement En Marche ! s'est prononcé en mai pour l'ouverture de cette pratique à "toutes les femmes", par un tweet de son porte-parole.

Le Parti socialiste pour l'accés à la PMA à toutes les femmes

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoit Hamon s'était engagé en faveur de l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, hétérosexuelles comme homosexuelles, ainsi qu'aux femmes célibataires

Avant lui, le candidat Hollande s'étaut engagé pour l'égal accès à la PMA pour tous les couples. Or, après le début virulent sur le mariage pour tous, le gouvernement n'a pas présenté la loi sur la famille qui était pourtant prévue et a préféré "attendre" l'avis du Comité national consulatif d'éthique pour ne pas trancher avant la fin de la législature.

Mélenchon pour la PMA pour "toutes" les femmes

Dans une interview en février 2017 à famille chrétienne, le leader de La France insoumise, élu à la tête du groupe FI ce mardi, a déclaré :

J’admets l’idée de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes homosexuelles comme en bénéficient déjà les hétérosexuelles.

Il n'évoque pas les femmes célibataires lors de cette interview, mais son programme fait état de l'autorisation à la PMA pour "toutes" les femmes. . Il est par ailleurs fermement opposé à la gestation pour autrui (GPA).

Le communiste André Chassaigne change d'avis

André Chassaigne a été désigné président du groupe communiste à l'Assemblée ce mardi. Au sujet de la PMA, le député a totalement changé d'avis.
En 2012, il se prononcé entièrement contre l'ouverture de la PMA aux femmes célibataires ou lesbiennes. Aujourd'hui, sur son blog, il écrit :

Je suis convaincu aussi que cette évolution constante du droit devra également prendre en compte la question de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour les couples homosexuels féminins. Notre réflexion doit être, toujours, guidée par notre attachement à l’égalité des droits. Mais, sur cette question, il me paraît indispensable de ne pas occulter les interrogations légitimes sur la bioéthique, liées à cette évolution législative

André Chassaigne n'évoque pas les célibataires.

Les Républicains contre toute ouverture de la PMA

Le candidat LR à la présidentielle François Fillon s'était positionné contre la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et pour les femmes seules. Son programme prévoyait également de renforcer les sanctions pénales sur "le recours ou la promotion de la GPA".

Le FN également contre

Pour Marine Le Pen et son parti, la PMA ne doit pas être ouverte aux couples de même sexe et doit rester une réponse médicale aux problèmes de stérilité. Elle est par ailleurs contre la GPA.

Par ailleurs, proposer l'autoconservation des ovocytes à toutes les femmes jeunes, qui souhaitent avoir un enfant plus tard (sans devoir en passer par le don d'ovocytes) est "difficilement défendable" pour la plupart des membres du Comité d'Ethique qui va à l'encontre de l'avis favorable de l'Académie de médecine.

La semaine dernière, l'Académie de médecine a recommandé de permettre aux femmes qui le souhaitent de conserver leurs ovocytes pour pallier les éventuels problèmes de fertilité qu'elles pourraient rencontrer après 35 ans. Aujourd'hui, cette "autoconservation des ovocytes" est théoriquement possible mais quasi irréalisable en pratique car elle est obligatoirement couplée à un don pour autrui.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.