Selon France Générosités, qui regroupe une centaine d'organisations d'intérêt général, les dons ont baissé de 4,2 % entre 2017 et 2018, soit une baisse inédite ces dix dernières années. Le syndicat professionnel accuse notamment les dernières réformes fiscales, qui ont bousculé un système stable jusqu'ici.

Soiree de lancement du Sidaction 2018 au musée du Quai Branly le 5 mars 2018
Soiree de lancement du Sidaction 2018 au musée du Quai Branly le 5 mars 2018 © AFP / Vincent Isore/IP3

Les Français ont un peu moins donné en 2018 : c'est ce qui ressort de l'étude menée par France générosités, qui note une baisse de 4,2 % du montant total des dons (principalement au premier semestre, avec une augmentation en revanche lors du dernier trimestre). Entre 2013 et 2017, la progression constante avait été de 9 %.

Une baisse qui s'explique notamment par les changements qu'a connu la fiscalité française. Par exemple, la disparition de l'ISF a entraîné une forte baisse du montant des dons de la part de ceux qui le payaient. En juillet 2018, sur un échantillon de 31 fondations, on enregistrait une baisse de 54 % des dons IFI (le "remplaçant" de l'ISF) par rapport aux dons ISF de 2017. Soit 130 à 150 millions en moins.

Des dons moins importants, mais aussi nombreux

De l'autre côté du spectre, les donateurs moins riches ont été obligés de limiter leurs dons. Ainsi, dès le mois d'août 2018, 18 % des donateurs retraités assuraient que la hausse de la CSG les avaient poussés à réduire leurs dons, et 20 % disaient vouloir le faire. Les associations et fondations expliquent avoir reçu de nombreux courriers envoyés par des retraités pour s'excuser de devoir suspendre leurs dons, pour raisons financières.

En revanche, France générosité se félicite de constater que, s'ils donnent moins, les donateurs sont toujours aussi nombreux : seul le montant des dons a baissé, et mais leur nombre reste stable. Le rapport salue donc "la fidélité et la générosité des donateurs français dans ce contexte". Tout en s'inquiétant de la "fragilité" du système de dons français, "porté par une pyramide des donateurs âgés et une difficulté à mobiliser de nouveaux donateurs".

Les Français donnent surtout pour la solidarité et la recherche

Parmi les 96 membres de France générosités, les associations et fondations œuvrant dans le domaine de la solidarité (internationale et nationale) sont celles qui obtiennent le plus de dons des Français. Vient ensuite la recherche médicale, la santé et l'éducation et l'environnement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.