L'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce ce mardi dans une étude les marges pratiquées par la grande distribution sur les fruits et légumes bio.

UFC-Que Choisir dénonce les tarifs exorbitants pratiqués par la grande distribution
UFC-Que Choisir dénonce les tarifs exorbitants pratiqués par la grande distribution © AFP / Virginie Queant / Biosgarden / Biosphoto

Les tarifs prohibitifs du bio s'expliqueraient-ils par la grande distribution ? Dans une étude rendue publique ce mardi, UFC-Que Choisir a comparé les prix de vente de fruits et légumes bio parmi les plus couramment achetés et s'étonne d'une différence du simple au double des marges pratiquées en magasin.

Pour l'association de consommateurs, ces marges viennent s'ajouter au prix d'achat des fruits et légumes bio auprès des producteurs, lui-même supérieur. En conclusion de l'étude, UFC Que Choisir écrit donc que "seulement la moitié du surcoût du bio payé par le consommateur va à la production, le reste étant capté par la distribution en sur-marges".

Pratiques économiques "aberrantes"

Le consommateur qui souhaite consommer des fruits et légumes bio paie son panier 79% plus cher que l'équivalent produit en agriculture conventionnelle. En moyenne chaque année, cela représente 660 euros par ménage pour un panier bio, contre 368 euros pour des produits conventionnels. La différence va aux producteurs à hauteur de 157 euros, les 135 euros restants étant imputés à des marges supplémentaires.

La moitié du surcoût du bio payé par le consommateur ne va pas à la production
La moitié du surcoût du bio payé par le consommateur ne va pas à la production / UFC-Que choisir

Il s'agit ici de marges et non de bénéfices, des marges qui servent à payer les frais de fonctionnement des enseignes de grande distribution et c'est ce qui étonne l'association qui parle de pratiques "économiquement aberrantes".

Dans l'étude, UFC-Que Choisir affirme qu'en baissant ces sur-marges de moitié, la grande distribution permettrait aux ménages consommant exclusivement des fruits et légumes bio de réaliser une économie allant jusqu'à 72 euros, économie qui inciterait les ménages plus modestes à se tourner eux-aussi vers le bio, et donc, par effet "vertueux", "de conserver sa marge brute totale sur le rayon fruits et légumes".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.