La grande roue de la Concorde, à Paris, doit être démontée ce mardi mais son retour est déjà annoncé à Noël. Une enquête est pourtant en cours à l'encontre de son propriétaire.

La grande roue place de la Concorde à Paris
La grande roue place de la Concorde à Paris © AFP / PHILIPPE LOPEZ

Le démontage prendre 4 jours. Mais l'on sait déjà qu'elle devrait être de retour pour Noël. Or, ce n'est pas une roue, c'est un serpent de mer. La grande roue de la place de la Concorde à Paris a été installée une première fois en 1993 à l'initiative du forain Marcel Campion.

Personnage haut en couleurs, Marcel Campion peut se vanter d'être décoré de l’ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d’honneur et élu au comité des commerçants des Champs-Elysées. Mais, dans l'immédiat, les modalités d'attribution de l'emplacement de sa roue, place de la Concorde, sont dans le collimateur de la justice.

L'attraction, immense, imposante, majestueuse, parée de bleu blanc et rouge quand la France pleure les victimes des attentats, Campion l'a imposée, comme il a imposé la fête foraine dans le jardin des Tuileries, et comme il a su initier le marché de Noël sur les Champs-Elysées.

Pourquoi n'y-a-t-il pas de concurrents ?

Depuis plusieurs mois une information judiciaire est ouverte pour activités et mouvements financiers suspects. En mars dernier, Marcel Campion et un agent de la ville de Paris ont été interrogés, dans le cadre d'une enquête sur des délits présumés de participation à une entente illicite et de favoritisme, et pour blanchiment de fraude fiscale.

Marcel Campion
Marcel Campion © AFP / AFP

Pourquoi Campion est-il indélogeable ? Pourquoi personne ne se porte candidat pour remplacer ses installations foraines et autres marchés dans Paris intra-muros? Comment la ville de Paris attribue-t-elle les emplacements de certaines attractions de la Concorde et des Champs-Elysées ?

►ÉCOUTER | Marcel Campion ne baisse pas les bras, malgré des relations de plus en plus tendues avec la Mairie de Paris : Reportage au pied de la Grande roue, par Thibault Lefèvre

La mairie de Paris s'est portée partie civile dans ce dossier pour s'assurer "qu'aucune des procédures liant la société +Fête et Loisirs+ (de Marcel Campion) à la Ville de Paris n'a été faussée". "Bien qu'aucune règle de droit ne l'y oblige, elle s'est engagée depuis plusieurs années déjà à ce que ses principales conventions d'occupation du domaine public – dont l'installation de la grande roue – fassent l'objet d'une mise en concurrence", a-t-elle ajouté auprès de l'AFP.

La mairie de Paris avait porté plainte en 2015, lorsqu'elle avait appris qu'un concurrent de Marcel Campion avait été contacté par un faux courrier pour discuter du dossier de la grande roue, alors que son identité ne pouvait être connue qu'au sein des services de la ville.

Dans le cadre de l'enquête, la propriété de Marcel Campion avait été perquisitionnée le 6 octobre 2016. Les enquêteurs avaient alors saisi plus de 300.000 euros en espèces ainsi que des armes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.