Des journalistes ont signé vendredi une tribune de soutien à Nadia Daam, chroniqueuse à Europe 1 et harcelée par des activistes depuis qu'elle a dénoncé le sabotage d'un numéro "anti relous".

Nadia Daam sur Arte
Nadia Daam sur Arte © Capture d'écran

Gestes déplacés, abus ou agressions sexuelles, la libération de la parole des femmes sur les agressions sexistes dont elles sont victimes au quotidien fait aussi émerger une autre parole sur le net, plus abjecte et anonyme. L'histoire de Nadia Daam en atteste. 

Cette journaliste et chroniqueuse, dont le visage et la voix sont bien connus puisqu'elle co-présente l'émission 28 minutes sur Arte et chronique à l'antenne d'Europe 1 a reçu ce vendredi le soutien de ses confrères et consœurs dans une lettre ouverte publiée sur le site de Libération. Nadia Daam qui reçoit des menaces de mort, des menaces de viol et des menaces sur son enfant sur les réseaux sociaux. 

La cause ? Dans sa chronique sur Europe 1, elle dénonçait le sabotage orchestré par des activistes anonymes pour désactiver un numéro de téléphone "anti-relou". 

Menaces proférées en toute impunité

Précisément Eliott Lepers et Clara Gonzalès sont victimes d'une attaque coordonnée, une saturation du numéro qu'ils viennent de mettre en place contre le harcèlement de rue, attaque qui se double d'une campagne de harcèlement des deux militants féministes, au point qu'ils sont contraints de désactiver le numéro. 

Nadia Daam, dont le billet est éditorialisé, relaie l'info et qualifie notamment le forum 18-25 de jeuxvidéo.com, à l'origine de l'attaque immonde, de "poubelle à déchets non recyclables"

Mais en faisant cela, la journaliste devient la cible de ces mêmes individus et reçoit un torrent d'ordures. Injures pornographiques, menaces de mort, menaces de viol, menaces sur les familles, les insultes sont légion et proférées en toute impunité, alors que cet amas courageusement anonyme est censé tomber sous le coup de la loi.

Une réponse judiciaire peu adaptée

Le hic, c'est que le forum désigné est en l’occurrence une passoire dont la faible modération est fréquemment décriée. L'image de la société Webedia, la société éditrice de Jeuxvidéo.com en sort très écornée ; elle commence à supprimer les discussions sulfureuses qui concernent Nadia Daam. Et la police, la justice ? "Elle doit s'en mêler en s'adaptant" préconise Valérie ReyRobert, responsable modération chez Conciléo.

Ceux qui observent ces forums pensent que les harceleurs sont au mieux une cinquantaine donc très minoritaires, mais hyperactifs, issus des milieux suprémacistes mâles et blancs. Identifiables donc. 

Ils viennent de rouvrir un topic - un sujet de discussion - sur le forum incitant à harceler les signataires de la pétition qui soutien Nadia Daam. De son côté, Europe 1 a annoncé porter plainte contre le harcèlement dont est victime sa journaliste : "Suite aux menaces et au harcèlement subi par Nadia Daam après sa chronique du mercredi 1er novembre, Europe 1 a déposé plainte jeudi pour 'menace de crime contre les personnes' dans une antenne de police du 8ème arrondissement de Paris", indique la radio sur son site internet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.