Début ce lundi d'une campagne pour tenter de mieux faire connaitre la maladie de Parkinson, deuxième cause de handicap moteur chez l'adulte.

Les Français connaissent très mal la maladie de Parkinson et confondent souvent ses sympthomes avec l'ivresse
Les Français connaissent très mal la maladie de Parkinson et confondent souvent ses sympthomes avec l'ivresse © Radio France / ve

200 000 malades en France et 25 000 nouveaux cas chaque année, la maladie de Parkinson, maladie néuro-dégénérative souvent confondue avec Alzheimer, est aussi appelée maladie du mouvement. Elle se caractérise par des raideurs, des tremblements, des blocages. C'est la deuxième cause de handicap moteur chez l'adulte.

Découverte en 1817 par James Parkinson, un médecin britannique, Mohamed Ali en est mort après avoir lutté plus de 30 ans contre la maladie. L'acteur Michael J. Fox en souffre, ce qui ne l'empêche pas de continuer à jouer. Pourtant cette maladie reste mal identifiée en France, d'où la campagne lancée ce 10 avril par France Parkinson, via notamment des spots télé.

Si les symptômes sont moins ignorés et méconnus, les malades seront peut-être mieux acceptés. C'est en tout cas le pari de cette campagne.

On croit souvent que Parkinson est une maladie de personnes âgées

Une idée reçue puisque l’âge moyen au diagnostic est de 58 ans. Didier est malade depuis ses 45 ans. Parce qu'il était jeune, il a pu bénéficier d'un traitement par néuro-stimulation. On lui a placé des électrodes dans le cerveau qui atténuent les symptômes de la maladie : "Ça fait sept ans que j'ai été opéré, avant l’opération je marchais difficilement, j’étais plein de mouvements incontrôlés et j’avais une élocution encore plus difficile qu’aujourd’hui. Ça a été une résurrection, un sursis pour moi en tout cas".

Aujourd'hui Didier ne va pas trop mal mais les électrodes ne corrigent pas tout. Il a tout de même des difficultés d'élocution, parfois des tremblements, des gestes malencontreux et même des chutes, avec souvent autour de lui le regard des autres, pas toujours tendre : "la démarche peut être titubante, c’est ce qu’on appelle le ‘freezing’, une difficulté à amorcer un pas normal et donc les gens piétinent pour avancer et on est immédiatement pris pour un alcoolique ou sous substance illicite. Je suis tombée une fois dans la rue et j’ai entendu ’celui-là ne boit pas que du Perrier’ ... Et en plus ça vous prie de l’assistance des gens parce qu’ils pensent que vous êtes alcooliques et que vous n’aurez pas trop de mal à vous relever."

D'après une enquête réalisée pour les 200 ans de la découverte de la maladie de Parkinson, 9 français sur 10 ne connaissent pas ou très peu cette maladie dont c’est aussi, demain mardi, la journée.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.