Le nombre de bébés nés sans bras, en Rhône Alpes, entre 2000 et 2014, est passé de 7 à 11 cas. Louis en fait partie et sa maman aimerait pouvoir un jour lui expliquer les raisons de son handicap.

Louis est né sans doigts à la main droite. Il est le huitième cas avéré dans les alentours de Druillat dans l'Ain entre 2009 et 2014.
Louis est né sans doigts à la main droite. Il est le huitième cas avéré dans les alentours de Druillat dans l'Ain entre 2009 et 2014. © Maxppp / Laurent THEVENOT

Peut-être s'agit-il d'une une explication environnementale, a avancé Agnès Buzyn ce mercredi matin, peut-être lié à ce que ces femmes "ont mangé" lorsqu'elles étaient enceintes ou "peut-être" à ce qu'elles ont respiré, a expliqué le ministre de la Santé sur BFMTV et RMC.

Savoir pourquoi c’est arrivé, c’est très exactement ce que les familles des enfants nés sans mains, bras ou avant-bras demandent.

Louis est né sans doigts à la main droite en 2012

Louis est le huitième cas avéré dans les alentours de Druillat, dans l'Ain, entre 2009 et 2014. C'est sa maman Axelle qui a alerté le Registre des Malformations en Rhône-Alpes (Remera) après avoir découvert, dans la presse, l'existence des sept premiers cas : "Ce n'est pas anodin, je souhaite savoir pourquoi il y a tant de malformations dans l'Ain, sur un périmètre assez restreint. Je pense qu'il s'agit de quelque chose et je veux savoir quoi exactement. Plus tard mon fils saura pourquoi il a eu cette malformation. Il n'y en a pas eu d'autres dans la famille, ce n'est pas du tout génétique."  

Malgré les échographies pendant la grossesse, c'est uniquement à la naissance qu'elle et son mari vont découvrir la malformation, raconte Axelle. "C'est quand ils m'ont posé le bébé sur le ventre, quand il est revenu habillé, c'est là que j'ai remarqué la malformation. J'ai regardé mon mari et je lui ai dit 'ne t'inquiètes pas, ça va être un bébé battant."

Louis est aujourd'hui âgé de six ans. Il a appris à vivre avec son handicap, il est même gardien de but dans son équipe de foot.

Suite à la découverte des 11 nouveaux cas, l'agence Santé publique France a décidé d'ouvrir une enquête dont les premiers résultats sont attendus dans trois mois.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.