Dans les rues de Paris et Bordeaux, ils étaient des milliers
Dans les rues de Paris et Bordeaux, ils étaient des milliers © maxppp

Ils étaient des milliers à manifester ce dimanche après-midi à Paris et Bordeaux malgré le vote de la loi qui valide le mariage homosexuel. Leur nouveau mot d'ordre, protéger la famille.

A Paris, la tête du cortège, qui a démarré en début d'après-midi de la Porte Dauphine, est arrivée deux heures plus tard à Montparnasse. Un millier de policiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité de la manifestation.

Contre la PMA et la GPA

Dans la capitale, les organisateurs parlent de 500.000 participants, la police comptabilise 70.000 personnes. A Bordeaux, selon les organisateurs, ils auraient été 30.000 contre 7.500 pour les forces de l'ordre.

Les slogans des manifestants portaient sur le coup de rabot annoncé sur les allocations familiales, la procréation médicalement assistée (PMA), et tout particulièrement sur la gestation pour autrui (GPA).

Malgré les garanties récemment apportées par le Premier ministre, Manuel Valls,

qui a assuré qu'elle "est et sera interdite" en France, les manifestants ne semblaient pas rassurer sur cette question.

Plusieurs élus UMP et FN

Plusieurs élus UMP étaient présents dans le cortège. Parmi eux, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Michèle Alliot-Marie et Hervé Mariton ont défilé ainsi qu'une délégation du Front national avec le vice-président du parti, Louis Aliot, et la députée Marion Maréchal-Le Pen.

Dans la journée, Michel Sapin a rappelé que le gouvernement était contre le recours aux mères porteuses et "n'a jamais changé d'avis depuis deux ans", a insisté le ministre des Finances.Michel Sapin, néanmoins, a prôné un examen au cas par cas des dossiers d'enfants issus d'une GPA.

Quelques centaines d'opposants au collectif se sont rassemblés dimanche matin, à Paris, place de la République pour soutenir l'égalité" de "tous les couples et toutes les familles" à l'appel de l'association "All Out", une ONG qui défend les droits de la communauté homosexuelle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.