Une enquête sur l'impact socio-économique de la migraine sévère en France révèle que des maux de tête parfois anodins peuvent nous coûter cher. Au total, près de 50 % des personnes interrogées enregistrent une perte de salaire. Le coût social, lui, est estimé à 3,8 milliards d'euros. Rien que ça.

Les migraines sévères entraînent jusqu'à 33 jours d'absence sur le lieu de travail et une perte de salaire conséquente.
Les migraines sévères entraînent jusqu'à 33 jours d'absence sur le lieu de travail et une perte de salaire conséquente. © Frédéric Cirou

Environ 1 français sur 5, âgé de 18 à 65 ans, souffre de migraine. Plus qu’un simple mal de tête, elle se définit surtout par des crises récurrentes de céphalées caractéristiques et des troubles en tout genre. Pathologie fréquente et invalidante, elle impacte en premier lieu les jeunes adultes et actifs de moins de 55 ans.

L'enquête menée pour Novartis par Kantar Health parue à l'occasion du 4e congrès de l'European Academy of Neurology à Lisbonne est l'une des rares à s'intéresser à ce mal de plus en plus grand. Réalisée auprès d'un panel de 305 patients, elle décrit l'impact économique de la migraine sévère liée à l'absentéisme, à la perte de salaire, aux frais de santé et à son coût social, pour les individus, comme pour les entreprises.

Moins d'efficacité et plus d'anxiété : prise de tête, la migraine ?

Absentéisme, baisse d'efficacité, renoncement, sentiment de stigmatisation : les conséquences de la migraine sont bien plus vastes et répréhensibles qu'on ne le pense. Parmi les 180 étudiants interrogés, 15 % déclarent échouer dans l'obtention de leurs examens ou de leur diplôme (12 %) à cause des troubles migraineux. Près de 13 % ont même renoncer à poursuivre leurs études.

Et la situation n'est guère plus enviable du côté des actifs. Sur 156 personnes, 81 % déplorent un manque d'efficacité au travail et 14 % vont même jusqu'à déclarer avoir mis de côté toute ambition de carrière. Plus encore, plus d'une personne sur quatre a due cesser toute activité professionnelle. 

Et qui dit troubles migraineux, dits aménagements des horaires et sentiment de rejet. Outre les conséquences physiques, les patients subissent des répercussions sociales et économiques qui impactent leur quotidien.

Un impact économique individuel et sociétal de 3,8 milliards d'euros

Près de la moitié des victimes de migraines sévères enregistrent une perte de salaire, dont 18 % ont estimé qu'elle s'élevait à plus de 20 % de leur revenu. Pour soulager les symptômes, 58 % des patients dépensent chaque mois en moyenne 32 euros de médicaments non remboursés et 43 % consacrent 51,7 euros à d'autres formes de thérapies.

L'enquête met par ailleurs l'accent sur l'absentéisme, qui affecte la rémunération d'au moins 60 % des patients et entraîne une perte annuelle de 3,8 milliards d'euros pour la société, incluant individus et employeurs. Alors, comment y remédier plus efficacement ?

Face à l'impact de la migraine, à ses enjeux médicaux, sociétaux et économiques, Novartis et d'autres organismes se sont engagés à faire avancer la reconnaissance  de cette maladie encore sous-évaluée. 

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.