La mosquée de Fréjus ouvrira bien ses portes
La mosquée de Fréjus ouvrira bien ses portes © Radio France / Philippe Randé

La mosquée de Fréjus ouvrira bien ses portes à titre provisoire. L'arrété a été pris par le préfet du Var, à la suite de la décision du Conseil d'Etat de mardi dernier, qui avait été saisi par l'association El Fath. Le maire FN, David Rachline, avait fait campagne pour les municipales contre ce projet.

Mardi, le juge des référés du Conseil d'Etat avait ordonné au préfet du Var de faire usage de son pouvoir hiérarchique dans les 72 heures pour permettre l'ouverture au public de la mosquée à la suite de plusieurs procédures opposant l'association musulmane El Fath et la municipalité. Jusqu'à présent, les fidèles priaient sur le parking. Aujourd'hui, ils commencent à entrer dans la mosquée.

Le 9 novembre dernier, le Conseil d'Etat avait déjà imposé à la municipalité d'autoriser l'ouverture au public de ce lieu de culte mais le maire David Rachline avait refusé de s'y plier. La mairie avait alors été condamnée , le 3 décembre, à verser 6.500 euros à l'association musulmane pour l'inexécution de cette décision.

Le maire FN accuse l'association El Fath d'irrégularités

Le maire David Rachline a déclaré prendre acte de la décision du préfet du Var de cette semaine, tout en disant s'interroger "sur l'urgence à ouvrir une construction entachée d'illégalité".

Selon lui, la décision des magistrats est d'autant moins logique qu'elle intervient alors qu'un jugement du tribunal correctionnel de Draguignan est attendu le 26 février. A l'issue de l'audience, le procureur de la République avait demandé la démolition de la mosquée , concluant à une fraude dans l'octroi du permis, ajoute-t-il. Les travaux de la mosquée ont été achevés au printemps 2015.

" Il y a un doute réel sur la validité du permis de construire, nous verrons ce que dira le juge, dit le maire FN David Rachline au micro de Philippe Randé

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.