LE CAIRE (Reuters) - Le ministère public a requis jeudi la peine de mort contre l'ancien président égyptien Hosni Moubarak et ses coaccusés, jugés notamment pour leur implication dans la répression des journées révolutionnaires de l'hiver dernier.

"L'accusation réclame la peine maximale contre Moubarak et les autres accusés, à savoir la peine de mort par pendaison", a déclaré le procureur Moustafa Khater.

L'ancien raïs, évincé du pouvoir le 11 février dernier, est jugé depuis le mois d'août aux côtés de ses deux fils Alaa et Gamal, de son ancien ministre de l'Intérieur Habib al Adli ainsi que de plusieurs hauts responsables de la police.

La correspondance de MArion Guénard au Caire :

Ils doivent répondre d'une série de chefs d'accusation allant de faits allégués de corruption et d'abus de pouvoir à leur implication présumée dans la répression de la contestation et la mort d'au moins 850 manifestants.

Leur procès a été ajourné au 9 janvier.

Tom Perry et Yasmine Saleh; Henri-Pierre André pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.