Kepler 452b
Kepler 452b © MaxPPP / EPA

La Nasa a annoncé ce jeudi la découverte d'une exoplanète très similaire à la Terre. Elle s'appelle Kepler 452b et présente les mêmes caractéristiques que la planète bleue.

Kepler 452b a à peu près la même masse que notre Terre, et elle gravite autour d'une étoile similaire au Soleil, ce qui signifie qu'elle est située dans une "zone habitable" selon la Nasa. On ne sait pas encore de quoi elle est faite, ni quelle est la composition de son atmosphère.

Connaître Kepler pour mieux connaître la Terre

Cette exoplanète est située à 1.400 années-lumière de nous, et a un milliard d'années de plus que nous. Avec les études qui vont être menées, on pourrait donc avoir une idée de ce à quoi ressemblera notre système solaire dans le futur. Et pourquoi pas, si l'on veut rêver, découvrir sur Kepler 452b une forme de vie.

Hubert Reeves souligne une avancée majeure, un "gros lot".

"Si Kepler 452b est bien une planète rocheuse, sa position par rapport àson étoile pourrait indiquer qu'elle vient d'entrer dans une période de fort réchauffement dans l'histoire de son climat ", explique Doug Caldwell, un

astronome du SETI, l'Institut de Recherche d'Intelligence Stratégique. "L'augmentation de l'énergie dégagée par l'étoile vieillissante pourraitchauffer sa surface et provoquer une évaporation des océans qui s'ytrouveraient, entraînant la perte à jamais de l'eau de la planète ".

Kepler 452b, candidate numéro 1 au titre de "jumelle de la Terre"

"C'est une découverte très importante car il s'agit de la première planète observée apparemment rocheuse qui est habitable et est en orbite autour d'une étoile de type solaire ", s'enthousiasme Jeff Coughlin, autre astronome du SETI. "On ne se sentirait pas dépaysé sur cette planète en termes de rayonnements solaires qui sont similaires à ceux que nous avons sur Terre ", a ajouté JonJenkins, l'un des responsables de l'analyse des données de Kepler à la Nasa. Mais la gravité sur Kepler 452b pourrait poser problème pour les humains car elle est deux fois plus grande que sur la Terre. Toutefois, il pourrait être possible de s'yadapter avec le temps.

Recherche d'exoplanètes habitables
Recherche d'exoplanètes habitables © Radio France / NASA Ames/W. Stenzel

Kepler 452b fait partie de douze nouvelles exoplanètes figurant dans le dernier catalogue des découvertes du télescope spatial Kepler. Pour être retenues, ces exoplanètes doivent avoir un diamètre atteignant au maximum le double de celui de la Terre et elles doivent être en orbite autour d'une étoile à une distance où l'eau peut exister à l'état liquide à leur surface. Cela les rendrait potentiellement habitables.

Avec plus de 500 exoplanètes potentielles ajoutées au catalogue des découvertes de Kepler par la Nasa, on compte à ce jour un total 4.696 exoplanètes candidates dont 1.030 ont été confirmées par d'autres observations, y compris la dernière Kepler 452b.

Les explications en vidéo (et en anglais) de la Nasa via Twitter

Newly discovered Kepler-452b is first near-Earth-size planet in 'habitable zone' around a sun-like star. https://t.co/agH7IrILBn — NASA (@NASA) Newly discovered Kepler-452b is first near-Earth-size planet in 'habitable zone' around a sun-like star. @NASAKeplerhttps://t.co/agH7IrILBn— NASA (@NASA) July 24, 2015

Les astrophysiciens sont comme des enfants le jour de Noël

C'est un peu comme le jour où les équipes du CERN de Genève ont annoncé avoir découvert le fameux boson de Higgs, clef de voûte de la structure fondamentale de la matière. Sauf que là, il s'agit de l'infiniment grand. Quelques heures avant la grande annonce sur Kepler 452b, ceux qui participent aux recherches affichaient de grands sourires.

C'est toute la communauté de l'astronomie qui saute au plafond. "Notre histoire est train de changer avec ce type de découverte " s'extasie l'astronome français André Brahic.

André Brahic, avec Grégoire Lecalot

Et pour tous ceux qui sont scientifiques et anglophones en herbe, toutes les explications, les schémas et les données scientifiques sont à retrouver sur le site internet de la NASA.

Le téléscope spatial Képler
Le téléscope spatial Képler © Radio France / Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.