La plateforme de diffusion de musique SoundCloud a annoncé ce mardi la mise en place, le mois prochain, d'un nouveau mode de rémunération des artistes, basé sur la durée d'écoute et non plus sur un "pot commun" réparti entre tous les artistes. Objectif : favoriser les petits artistes indépendants.

L'application SoundCloud a un positionnement légèrement différent de ses concurrentes
L'application SoundCloud a un positionnement légèrement différent de ses concurrentes © AFP / Martin Bureau

C'est un nouveau mode de rémunération appelé "Fan-powered royalties", annoncé ce mardi par la direction de la plateforme SoundCloud, spécialisée dans l'hébergement et l'écoute de musique (et de podcasts) en ligne. "Avec ce système, les recettes d'abonnement ou de publicité de chaque auditeur sont réparties uniquement entre les artistes que l'auditeur écoute, et non plus versées dans un pot commun avant d'être redistribuées", explique le communiqué qui lève le voile sur ce système unique au monde selon SoundCloud.  

Une plateforme prisée par les artistes indépendants

Cette plateforme, créée en 2007, permet aux musiciens de partager leur musique avec leurs auditeurs. Concurrencée peu de temps après sa création par les grands logiciels de streaming comme Deezer ou Spotify, elle a dû se démarquer en proposant une offre légèrement différente de celle de ses adversaires. C'est ainsi l'une des seules plateformes (avec notamment Bandcamp) à permettre aux artistes de télécharger directement leurs morceaux, sans passer par une maison de disques ou a minima un distributeur – et qui leur permet donc de monétiser, sous conditions, leur musique. Un système simple d'accès pour les musiciens indépendants, à qui s'adresse essentiellement cette réforme. 

Jusqu'à présent, le site fonctionnait sur un modèle de rémunération par répartition, ce qui est à peu près le système de distribution de royalties et de droits d'auteur le plus répandu (y compris par exemple chez les sociétés de droits comme la Sacem) : toutes les contributions sont versées dans un grand pot commun, et celui-ci est ensuite réparti entre tous les artistes proportionnellement à leur audience ou leur popularité. Ainsi, par exemple, même si vous avez beaucoup écouté Les Wampas et pas du tout PNL, votre abonnement (ou les recettes des publicités que vous écoutez) iront en plus grande part à PNL qu'aux Wampas, car ce premier groupe a une plus forte audience. 

Jusqu'à 25% de rémunération en plus

Le nouveau système proposé par SoundCloud fonctionne avec le système inverse : la rémunération est directement liée aux écoutes des auditeurs et des auditrices. Autrement dit, si vous payez un abonnement à SoundCloud et que 50% de vos écoutes sur cette plateforme sont consacrées à ce petit groupe que vous aimez bien, 50% de votre contribution financière aux royalties seront reversées à ce groupe. Selon SoundCloud, ce système avantage beaucoup plus les artistes indépendants : la nouvelle rémunération pourrait être en moyenne 25% plus élevée qu'avec le modèle précédent. 

En revanche, cette modification du système de rémunération des artistes reste réservée aux artistes qui peuvent prétendre à une monétisation de leurs productions sur SoundCloud, c'est-à-dire ceux qui possèdent 100% des droits de la musique qu'ils diffusent. Les (très nombreuses) reprises, les remix ou autres DJ sets, très répandus eux aussi sur la plateforme, resteront donc des contenus qui ne peuvent pas apporter, en l'état, de rémunération à leurs auteurs ou autrices.