Portrait d’Anne Laubiès, préfète déléguée de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, qui a mis en place le plan Urgence pendant le passage de l’ouragan Irma dans les Antilles.

La préfète Anne Laubiès répond aux journalistes après le passage de l'ouragan Irma
La préfète Anne Laubiès répond aux journalistes après le passage de l'ouragan Irma © AFP / Lionel CHAMOISEAU

Anne Laubiès, préfète déléguée à Saint Martin, s’est retrouvée à son poste, à lancer le plan Urgence pendant le passage de l’ouragan Irma. Ce qui n’avait pas été imaginé, c’est que la préfecture s’écroulerait et que tout le système de réaction immédiate mis en place par les autorités serait hors d’état.

Parmi les rumeurs qui ont couru après la catastrophe, l’une d’entre elles affirmait qu’Anne Laubiès a tout simplement déserté, qu’elle s’était enfuie au moment où la population avait le plus besoin de son secours.

Pour l'instant, j'ai un toit, c'est le Centre Opérationnel Départemental.

Anne Laubiès revient, pour la première fois, sur sa nuit éprouvante quand une partie de la préfecture s’est écroulée, et sur cette rumeur qu’elle a vécu très difficilement. Selon la préfecture de Guadeloupe, "elle a au contraire été depuis le passage d’Irma à son poste, auprès des populations et n’a de cesse d’assurer la continuité de l’Etat".

Je dois la vie aux hommes et aux femmes de la sécurité civile, des pompiers et de l'armée qui étaient avec nous. Ils nous ont réfugié au bon moment et dans la bonne pièce

►ÉCOUTER | "Depuis Irma, Anne Laubiès n’a dormi que quelques heures" : le reportage de Béatrice Dugué

La population de Saint-Martin est extraordinairement résiliente, il faut regarder vers demain

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.