Carte de la Réunion
Carte de la Réunion © IDE

Le fondateur du Mouvement des indignés de la Réunion a entamé, aujourd’hui, son septième jour de grève de la faim devant la préfecture de la Réunion. Samuel Mouen réclame le maintien du dispositif du RSTA (Revenu supplémentaire temporaire d'activité) et le pouvoir d'achat des Réunionnais.

Samuel Mouen s’est installé sous une petite tente en face de la préfecture. Une dizaine d’autres tentes ont été dressées à côté de la sienne par des "proches et des anonymes " qui viennent passer la nuit sur place.

Depuis le début de sa grève de la faim, il a reçu le soutien de nombreux élus, principalement de l'opposition, notamment du président de la Région Didier Robert (UMP) et de la présidente du conseil général, Nassimah Dindar (UDI). Tous deux ont déclaré qu'ils interpelleraient le préfet sur sa situation.

Porte-parole du Collectif des indignés - une des nombreuses associations qu'il a créées - Samuel. Mouen, a souvent été raillé par les élus et les médias pour ses appels à manifester ou ses actions contre le chômage ou la pauvreté qui n'ont jamais mobilisé les foules.

Il a entamé lundi dernier une grève de la faim après le fiasco de sa manifestation contre la suppression du RSTA, le 26 juin, qui n'avait rassemblé qu'une cinquantaine de personnes. Cette prime, instaurée en 2009 après les émeutes des Antilles, a été supprimée fin mai par le gouvernement. Elle était perçue par 40.000 Réunionnais.

Il est temps que quelqu'un donne sa vie pour que la Réunion soit enfin reconnue et respectée

Samuel Mouen__ appelle François Hollande à entendre ses revendications et à "annoncer des mesures pour la Réunion mercredi prochain lors du dernier conseil des ministres". Faute de quoi, il poursuivra sa grève "jusqu'au bout".

Samuel Mouen au micro de Réunion Première

La préfecture a indiqué par ailleurs avoir reçu Samuel Mouen mercredi dernier à sa demande pour recueillir "ses revendications portant notamment les modalités de la fin du RSTA" et qu'un "courrier du préfet lui répondant sur ces revendications lui a ensuite été transmis en mains propres le lendemain".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.