Le "dernier enjeu"est celui de la construction de nouvelles installations (EPR, Iter).
Le "dernier enjeu"est celui de la construction de nouvelles installations (EPR, Iter). © MaxPPP

La situation de la sûreté "des grosses installations nucléaires" françaises appartenant à EDF, Areva, CEA a été "bonne" en 2015, selon l’ASN. "dans un contexte globalement préoccupant pour l'avenir à court et moyen terme", a affirmé le président de l'Autorité de sûreté nucléaire Pierre-Franck Chevet.

"Pour l'instant, les choses vont bien mais les choses peuvent se dégrader en rapport avec ce contexte préoccupant", a-t-il expliqué. Lors de son audition par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), le président de l’ASN a précisé que les enjeux en matière nucléaire sont "sans précédent" et qu’ils supposent « des investissements industriels massifs".

"Toutes arrivent à un âge assez avancé".

Une autre questions très importants sera celle de la prolongation ou non des réacteurs EDF au-delà de leur 40 ans", a-t-il détaillé. Par ailleurs, il faut aussi envisager "l'éventuelle prolongation des autres grosses installations nucléaires" comme les usines du cycle du combustible (Areva) et des réacteurs de recherche du CEA car "toutes arrivent à un âge assez avancé".

Après Fukushima, de nouvelles mesures

Parallèlement, les décisions de renforcement de la sûreté nucléaire prises après la catastrophe de Fukushima en 2011 doivent continuer à être déployées, a-t-il insisté. Enfin, selon lui, le "dernier enjeu", est celui de la construction de nouvelles installations (EPR, Iter). "Sur la plupart des chantiers, il y a des difficultés, des retards ou encore des anomalies", a-t-il constaté. "Ce qui fait ma préoccupation, c'est que les industriels du nucléaire ont de vraies difficultés financières…Etre en moins bonne forme alors que vous avez beaucoup plus de choses à gérer cela crée une situation qui est préoccupante", a-t-il souligné.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.