L'offre de trains à bas prix iDTGV, filiale de la SNCF, va disparaître progressivement d'ici à la fin de l'année. Mais le volume de petits prix "va basculer sur l'offre TGV".

Lancés en 2004, les iDTGV se distinguaient notamment par un contrôle des billets à l'embarquement
Lancés en 2004, les iDTGV se distinguaient notamment par un contrôle des billets à l'embarquement © AFP / Eric Estrade

"En tant que client d'iDTGV, nous tenions à vous contacter personnellement pour vous informer de l'évolution d'iDTGV" : voilà le courrier électronique qu'ont reçu lundi soir les utilisateurs des trains iDGTV, filiale à bas coût de la SNCF. Adieu les ambiances iDZen et iDZap, qui vous donnaient à choisir entre des wagons silencieux et des wagons où des activités étaient proposées.

Cette offre, lancée en 2004 entre Paris et Marseille, puis étendue à tout le réseau TGV, va donc disparaître en deux temps cette année : à partir du 2 juillet prochain et du lancement de la ligne à grande vitesse vers Bordeaux, nommée "TGV l'Océane", et vers la Bretagne et les Pays de la Loire, les liaisons iDTGV disparaîtront dans l'ouest et le sud-ouest. "Il n'y aura plus que deux offres, TGV et Ouigo", a expliqué un porte-parole de la SNCF. Le basculement sur les autres destinations aura lieu le 10 décembre.

Davantage de billets TGV Prem's à la place

Objectif de la démarche, selon la compagnie de chemins de fer : simplifier l'offre de voyages en chemin de fer. La SNCF assure donc que le volume de trains à bas prix ne sera pas réduit, mais qu'il s'agit "d'un transfert" sur l'offre TGV classique. Concrètement, si vous réserviez via le site Voyages-sncf, rien ne changera pour vous selon la SNCF : simplement, le billet qui vous sera proposé ne sera plus un iDTGV mais un Prem's - dont le contingent, limité, devrait donc augmenter.

Pas de suppressions de postes non plus, selon la direction du groupe : les 70 salariés de iDTGV "vont rester pour travailler sur l'innovation" commerciale, et sur les services à bord. "Il y aura de la mobilité interne pour ceux qui le souhaitent", ajoute la direction. iDTGV avait notamment réussi à réduire le prix des billets en imposant la réservation en ligne, et en n'embraquant plus de contrôleurs à bord : les contrôles avaient lieu sur le quai, permettant aux contrôleurs de s'occuper de plusieurs voyages en peu de temps.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.