Le conseil d'administration de la Société protectrice des animaux a désigné son nouveau président ce lundi, sur fond de crise interne et d'enquête de la brigade anticorruption.

64 refuges surchargés accueillent 45 000 animaux
64 refuges surchargés accueillent 45 000 animaux © AFP / Alain Le Bot / Photononstop

La Société protectrice des animaux (SPA), association de défense des animaux la plus ancienne de France recueille chaque année quelque 45 000 animaux. Elle se retrouve au cœur d'une tourmente, avec le départ annoncé de sa présidente après plusieurs mois de crise.

Natacha Harry a annoncé qu'elle présentâit sa démission ce lundi 16 juillet lors du conseil d'administration. 

Je fais ce choix d'abord pour protéger l'association des violentes attaques dont je fais l'objet. Une poignée de personnes mènent depuis quelques semaines une campagne insensée à mon encontre qui est de nature à fragiliser la SPA. 

La SPA traverse depuis plusieurs mois une crise en son sommet, marquée par le licenciement, décidé en début d'année, de plusieurs responsables (notamment des directeurs général, administratif et financier).  

Ces personnes ont adopté des attitudes incompatibles avec leurs fonctions et l'éthique de la SPA. Elles ont fait preuve d'un intolérable irrespect envers des donateurs, des salariés, des bénévoles et moi-même. Leur licenciement a été décidé à l'unanimité en conseil d'administration.

Pour Joël Pain, l'ex-directeur général, les raisons invoquées pour son licenciement sont "diffamatoires". Selon lui, il paye les doutes qu'il aurait "émis sur le bien fondé de dépenses de communication payées depuis 2014" et sur le "caractère irrationnel et coûteux de certains investissements".  

C’est un sujet dont j’ai été informé dès mon arrivée, sur lequel j’ai fait pression pour que l’appel d’offre soit émis. Le conseil d’administration n’avait pas l’air d’en faire une priorité. J’ai eu du mal à faire accepter le principe de l’appel d’offre. Les démarches d’alerte que j’ai entreprises m’ont values ma mise à pied immédiate et un licenciement pour faute grave

Journaliste, productrice de télévision, Natacha Harry préside la SPA depuis 2013, et a été réélue en 2016 jusqu'en 2019.  Elle assure que sa décision n'est pas liée au contrôle en cours de l'Agence française anticorruption, dont le rapport est attendu à l'automne. 

Ces contrôles sont classiques et normaux pour une grande association reconnue d'utilité publique avec 650 salariés et un budget de fonctionnement de 67 millions d'euros. Ils nous permettent aussi de progresser 

déclarait Natasha Harry au JDD. Elle ajoute que sous sa présidence, l'association a réalisé près de 50 000 adoptions d'animaux de plus que lors des cinq années précédentes.   

Le conseil d'administration de la SPA, qui s'est donc tenu ce lundi, "a pris acte ce jour de la démission effective de sa présidente Natacha Harry qu'il a remerciée pour l'action exceptionnelle qui a été la sienne en faveur de la cause animale et le rayonnement qu'elle a donné à l'association pendant cinq ans" et a procédé à l'élection de son successeur : Jacques-Charles Fombonne, 58 ans, commandant du Centre national de formation de la police judiciaire (CNFPJ). Le colonel de gendarmerie avait rejoint en juin le conseil d'administration de la SPA, sur proposition de Natacha Harry.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.