La taxe de séjour revue et corrigée
La taxe de séjour revue et corrigée © Sebastien JARRY/MAXPPP

La taxe de séjour revient en deuxième lecture à l'Assemblée. Cette taxe de séjour fait l'objet d'une polémique depuis trois semaines. Face à la colère des hôteliers, barèmes et plafonds ont été revus.

Premièrement, cette taxe de séjour ne pourra pas dépasser 3,50 euros (contre huit euros dans sa première version) par personne et par nuitée. un niveau assez comparable à celui d'autres capitales européennes : c'est trois euros à Rome, 2,5 euros à Barcelone, mais rien du tout à Londres ou Madrid rappelle l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie.

Le nouveau barême

Le nouveau barême passe de sept à trois catégories d'hébergements, dont une nouvelle catégorie pour les hôtels de luxe et les palaces. Ce sont les communes qui continueront d'en fixer le montant exact mais il ne pourra pas être inférieur à 20 centimes par personnes et par nuitée. En seraient exhonérés les mineurs, les travailleurs saisonniers et les personnes en hébergement d'urgence. Fautes d'actualisation depuis 20 ans, ces limites étaient devenues obsolètes, précise les députés de la commission des finances. II s'agit de tenir compte des collectivités locales qui ont besoin de ressources mais aussi des hôteliers soumis à une concurrence.

Pour améliorer le recouvrement de cette taxe, notamment pour les locations de courte durée, via des sites internet, plusieurs mesures pourraient être ajoutées, comme l'obligation de déclaration en mairie ou la transmission d'informations entre les collectivités et l'administration fiscale. Des mesures qui visent notamment les sites d'échanges d'appartements entre particuliers, comme Airbnb.

Pour rappel, la maire de Paris, Anne Hidalgo, le président de l'Ile-de-France et le président de l'assemblée ont demandé dimanche soir au gouvernement de s'en remettre à la sagesse du parlement et d'approuver le compromis qui arrive en plénière aujourd'hui.

► ► ► LIRE | Fabius juge "dangereuse" la hausse de la taxe de séjour

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.