Deux études de grande ampleur confirme l’efficacité du vaccin Pfizer, Moderna et AztraZeneca sur les plus de 50 ans. Les personnes vaccinées ont neuf fois moins de risque d’être hospitalisées ou de décéder du Covid-19 que les personnes non vaccinées.

Des soignants prennent en charge un patient atteint du Covid-19 dans le service de reanimation de l'Institut Mutualiste Montsouris a Paris.
Des soignants prennent en charge un patient atteint du Covid-19 dans le service de reanimation de l'Institut Mutualiste Montsouris a Paris. © AFP / Antonin Burat

C’est une confirmation de plus. Issue d'une large étude menée sur un très grand nombre de personnes: 22,6 millions de Français vaccinées ou non et suivis entre le 27 décembre 2020 et le 20 juillet 2021. Publiée ce lundi 11 octobre, elle a été conduite par  EPI-Phare, un groupement d’intérêt scientifique, en partenariat avec l'Assurance maladie et l'ANSM (l'autorité nationale de sécurité du médicament). La conclusion est sans appel : la vaccination est efficace à plus de 90% contre les formes graves de Covid-19 chez les personnes de plus de 50 ans, jusqu’à au moins cinq mois après un schéma complet. Et peu importe le vaccin, que ce soit Pfizer, Moderna ou AstraZeneca. L'étude a porté sur deux populations : les 50-74 ans d’un côté, et les 75 ans et plus de l'autre. Les résultats ne sont pas similaires, mais ils vont dans le même sens. De quoi faire réfléchir les derniers récalcitrants à la vaccination.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Chute du risque de contracter une forme grave du Covid-19

L’une des études s’arrêtent donc sur les 50 à 74 ans. 15,4 millions de personnes sont suivies, 7,7 millions de vaccinées et 7,7 millions de non vaccinées. Chez les personnes vaccinées, 53,6% avaient reçu une dose de vaccin Pfizer, 7,1% de Moderna et 39,2% d’AstraZeneca. Les résultats sont sans appel, quel que soit le vaccin, 14 jours après la seconde dose, le risque d’hospitalisation pour Covid-19 chute de 92 % et le risque de décès de 86 %, à partir du quatorzième jour après la seconde dose. Plus révélateur encore : le risque de contracter une forme grave du Covid-19 cinq mois après la seconde injection est très faible. Il diminue de 97% pour les personnes vaccinées de 50 à 74 ans.

Une étude arrêtée à l'arrivée du Delta

La seconde étude s’intéresse aux 75 ans et plus, avec un panel de 3,6 millions de vaccinés, comparées à 3,6 millions non vaccinées. 85,3% sont immunisés grâce à un vaccin Pfizer, 8,7% Moderna et 6,1% AztraZeneca. Une nouvelle fois, les conclusions du rapport démontrent l’efficacité du vaccin anti-Covid. Pour les vaccinés Pfizer, le risque d’hospitalisation diminue de 92%, et jusqu’à 96% pour Moderna et AstraZeneca. D'après les scientifiques de l’EPI-Phare :

Ces études montrent également que la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 semble avoir persisté au début de l’apparition du variant Delta en France.

Pourtant, les données recensées pour réaliser l’étude s’arrêtent durant l’été, le 20 juillet. Elles ne prennent pas en compte toutes les conséquences du variant Delta. 

Des résultats similaire au printemps dernier

Pour réaliser cette étude, les chercheurs se sont basés sur les données du Système National des Données de Santé (SNDS), croisées à celle du système d’information sur les personnes vaccinées (VACSI). Le SNDS compile les hospitalisations de 99% des patients résidents en France, mais aussi les médicaments achetés puis remboursés. 

"Prenons une personne vaccinée le 2 mars. Nous allons la comparer, à cette date-là, avec une personne de même âge et de même sexe non vaccinée, vivant dans la même région" explique au journal Le Monde Mahmoud Zureik, le directeur d’EPI-Phare et professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin dans les Yvelines. Puis, tout au long de l’étude, grâce à l’intelligence artificielle, les taux d’hospitalisations et de décès liés au Covid-19 entre vaccinés et non-vaccinés seront comparés, les statistiques font le reste.

Si elle avait moins de recul, elle montrait, avec un âge équivalent, que les plus de 75 ans vaccinés avaient neuf fois moins de risque d’être hospitalisés après une contamination au Covid-19 que les personnes non vaccinées.