L'enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) montre que les collégiens français sont très amoureux mais ont une sexualité modérée.

Adolescente
Adolescente © Getty / Carol Yepes

Cette enquête est menée tous les quatre ans dans 40 pays, auprès de 7 000 collégiens représentatifs des jeunes âgés de 11 à 15 ans comporte un volet français. Il en ressort qu'en France les filles se sentent moins bien, moins à leur aise que les garçons.

Les troubles somatiques et psychologiques réguliers concernent 1 adolescent sur 4. Une fille sur 4 estime devoir perdre du poids alors qu'elle est de corpulence normale. Les jeunes déclarent passer en moyenne, presque 8 heures par jour devant des écrans toutes catégories confondues.

La donnée la moins attendue concerne la précocité de leur vie sexuelle.

Les adolescents ne sont pas si précoces qu'on le croit. La proportion d’élèves ayant eu des rapports sexuels en 4e et en 3e est moindre qu'en 2010.

En revanche, l'étude s'inquiète de voir que l'hésitation des jeunes lors d'un premier rapport n'est pas assez respecté, et se demande quelle est la part réelle de premier rapport qui ne sont pas consentis.

  • 22% des jeunes filles de 3e auraient préféré attendre et remettre cela à plus tard. (4% pour les garçons).
  • 9% n'en avaient pas vraiment envie

Une majorité de collégiens ont une perception positive de leur vie. Mais les filles affirment se sentir globalement moins bien que les garçons.

En fait il s'avère qu'en France on est bon dernier sur le dialogue entre enfants et parents. Les repas pris ensemble ne sont pas une source de rapprochement.

►►► Consultez l'étude

REECOUTEZ ||

►►► Comment parler de sexualité avec les ados, l'émission Grand bien vous fasse

►►► Jeunes et porno : trop de sexe nuit au vrai sexe ?, Un jour en France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.