najat vallaud-belkacem réplique aux attaques sur ses origines
najat vallaud-belkacem réplique aux attaques sur ses origines © reuters

Respect de la laïcité, apprentissage de la citoyenneté, réduction des inégalités... La ministre de l'Education nationale a annoncé le déblocage de 250 millions d'euros en trois ans pour aider l'école à remplir ses missions.

L'acte II de la refondation de l'école

Les minutes de silence perturbées dans plusieurs écoles après l'attentat contre Charlie Hebdo ont semble-t-il accéléré la réflexion du gouvernement sur l'essoufflement du système éducatif dans son rôle de transmission des valeurs républicaines . Voici ce que Najat Vallaud-Belkacem a déclaré, en préambule de son catalogue de mesures.

Ces incidents ont révélé la vulnérabilité de l'institution scolaire. L'école n'est pas étanche aux difficultés et aux dérives de la société. L'école ne tolère aucune remise en cause des valeurs de la République, mais l'école doit aussi réfléchir

Au lendemain du discours de François Hollande pour lancer "l'acte II de la refondation de l'école" et après dix jours de consultation de l'ensemble des acteurs de la communauté éducative (syndicats d'enseignants, de parents, de lycéens mais aussi des associations et des anciens ministres), la ministre ainsi que Manuel Valls ont annoncé une série de mesures depuis Matignon pour montrer la mobilisation de l'école face à la montée du fondamentalisme religieux.

16 mesures, 250 millions d'euros sur trois ans

Premiers concernés par cette mobilisation générale : les enseignants , dont la mission a été "extrêmement difficile " ces derniers jours dixit leur ministre.

  • Les futurs professeurs bénéficieront de cours sur la laïcité pendant leur formation .
  • Cette même notion de laïcité sera évaluée lors des concours de l'enseignement.
  • Par ailleurs, 1 000 professeurs vont être sensibilisés à l'enseignement moral et civique et déployés sur l'ensemble du territoire pour former leurs collègues.
  • Les enseignants pourront s'appuyer sur des ressources pédagogiques pour défendre le concept de laïcité, et lutter contre le racisme et l'antisémitisme. Un livret leur sera fourni pour répondre aux "théories farfelues ".

Du "ne pas faire de vague" au "ne rien laisser passer"

Najat Vallaud-Belkacem a également prévenu qu' "aucune atteinte à l'autorité du maître ne sera tolérée".

  • Ainsi, le règlement intérieur et la charte de la laïcité de chaque établissement devront être présentés aux parents et signés par ces derniers.
  • Les comportements incorrects seront discutés "solennellement" entre le chef d'établissement et les parents et pourront déboucher sur une sanction.
  • La ministre souhaite augmenter les "mesures de réparation et de responsabilisation" (l'équivalent des travaux d'intérêt généraux à l'école). Elles ne représentent que 4% des sanctions aujourd'hui.

S'attaquer à la "mésinformation et aux théories du complot"

Convaincue que "l'école doit réfléchir" , Najat Vallaud-Belkacem a également annoncé la mise en place d'un parcours éducatif citoyen que suivront tous les élèves, de la primaire à la fin du lycée. Ce parcours comprend :

  • 300 heures d'enseignement moral et civique sur l'ensemble de la scolarité, mêlant théorie et débats autour de la laïcité.
  • Les élèves suivront des cours d'éducation aux médias et à l'information pour leur permettre de se forger leur opinion et ne pas adhérer aux théories du complot.
  • Ce parcours sera évalué en classe de Terminale en fonction de l'engagement de l'élève.

Le respect des valeurs de la République

Comme l'avait annoncé François Hollande, une journée de la laïcité sera célébrée chaque 9 décembre , l'anniversaire de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

  • Les élèves devront participer aux commémorations patriotiques.
  • La maîtrise de la langue française va faire l'objet d'un chantier prioritaire ; ainsi, une évaluation du niveau de français sera effectuée en début de CE2 .
  • A la réponse à une question sur l'apprentissage de la Marseillaise, Najat Vallaud-Belkacem a répondu qu'il était déjà obligatoire mais qu'il était nécessaire de prévoir des "moments collectifs où chaque élève est amené à respecter ces rites ", notamment à l'occasion de cérémonies patriotiques.

► ► ► A LIRE |Les mesures pour une "Grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République" (Education Nationale)

Manuel Valls ne veut "pas de polémique"

En préamule des mesures annoncées par la ministre de l'Education nationale, Manuel Valls est revenu sur son diagnostic sur l'état de la société française. Contrairement à la veille, il n'a pas employé le mot "apartheid".

Notre société est fracturée en de multiples endroits, depuis plusieurs années, et sur tout le territoire

Le premier ministre en a profité pour répondre au président de l'UMP Nicolas Sarkozy , qui s'était dit consterné sur France 2 à l'utilisation du terme "apartheid".

Dans ces moments,il faut être grand, pas petit . Je ne participerai à aucune polémique, à aucun débat inutile. Dans ces moments, il ne faut pas penser à soi, aux prochaines échéances [politiques]. Il faut penser à la France. Il ne faut participer à aucune polémique qui vise non pas à discuter du fond de la politique, mais à briser l'esprit du 11 janvier, à mettre en cause l'unité nationale

Manuel Valls a également utilisé des mots très forts pour évoquer la difficulté des transmissions des valeurs de la République par l'école.

Au fil des années, l'école a dévié de son cap . Par faiblesse ou par inconséquence, l'école a reproduit les inégalités alors qu'elle devrait les casser. On a laissé la communauté éducative devenir le réceptacle de tous les maux de la société. La transmission des valeurs de tolérance et de laïcité est devenue implicite, voire inexistante

Manuel Valls a annoncé une grande réunion de l'ensemble des représentants de la communauté éducative le 9 février ainsi que la tenue d'un comité interministériel début mars au sujet de la luttre contre les inégalités dans les quartiers.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.