A un mois du 1er tour de la présidentielle France Inter vous dévoile les résultats d'une étude Ipsos Sopra-Steria sur la place de la religion et de la laïcité dans l'élection

Neuf sondés sur 10 estiment que la laïcité est une valeur essentielle de la République française
Neuf sondés sur 10 estiment que la laïcité est une valeur essentielle de la République française © Maxppp / Christophe Petit Tesson

"Liberté, égalité, fraternité". Et laïcité, pourrait-on rajouter, car neuf sondés sur dix estiment que c'est une valeur essentielle de la République française, définie comme la liberté de pratiquer une religion ou non, plus que comme une façon de préserver l'identité culturelle française.

Et pourtant l’étude met aussi en avant, quelques crispations communautaires. Les religions catholiques et juives sont largement considérées comme compatibles avec les valeurs républicaines, contre seulement 39% pour la religion musulmane (ils étaient 47% avant les attentats contre Charlie Hebdo). Un sentiment surtout partagé à droite de l’échiquier politique.

Sur la définition de la laïcité, celle qui fait le plus consensus est la "liberté de pratiquer la religion que l'on souhaite, ou de n'en pratiquer aucune" (43%), puis "la possibilité pour des gens qui ont des convictions différentes de vivre ensemble" (36%). La préservation de l'identité traditionnelle française n'arrive qu'en quatrième position (1 sondé sur 4).

La plupart des sondés ne font pas confiance aux candidats, quels qu'ils soient, sur la place de la religion et de la laïcité

Quant aux propositions des candidats en matière de religion et de laïcité, l'interdiction du voile à l'université ou du burkini sont plébiscitées à près de 80%, large consensus aussi à 83%, en faveur de la déchéance de nationalité dans des affaires de djihadisme.

Le financement public des mosquées ou la suppression du financement des écoles privées ne trouvent en revanche pas vraiment grâce aux yeux des personnes interrogées. Qui sont par ailleurs 77% à estimer qu’on parle trop de religion dans le débat public

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.