Un incendie a ravagé lundi soir le camp de la Linière, à Grande-Synthe, dans le Nord. Il n'y a pas de blessé, mais le camp a été grandement réduit en cendres.

L'incendie a détruit 70% du camp de migrants de Grande-Synthe
L'incendie a détruit 70% du camp de migrants de Grande-Synthe © AFP / PHILIPPE HUGUEN

Un incendie, a détruit lundi soir 70% du camp de migrants de la Linière, à Grande-Synthe dans le Nord, sans faire de blessés. A l'origine des flammes, une "rixe entre résidents", a expliqué le préfet de la région, Michel Lalande, au micro de Matthieu Darriet.

Reloger en urgence les 1.500 migrants du camp de la Linière

400 des 1 500 migrants que compte le camp de La Linière ont été accueillis dans trois gymnases mis à disposition. Les autres migrants sont, soit dans la nature, soit étaient absents dans la nuit.

Après l'incendie, seuls 50 des 300 chalets en bois sont encore intacts, de quoi rendre Michel Lalande peu optimiste sur la reconstruction du camp de Grande-Synthe. "Je ne vois pas très bien comment on va remettre le camp sur pied", a-t-il estimé, "je ne vois pas très bien même tout court comment on peut remettre un camp ici".

Plusieurs rixes lundi

Des affrontements en différents groupes de migrants du camp avaient débuté lundi, aboutissant à l'intervention, dans l'après-midi, des forces de l'ordre pour interrompre les bagarres, "semble-t-il [entre] des populations afghanes et des populations kurdes". Puis ces rixes "ont repris de plus belle vers 21h", aboutissant à l'incendie du camp.

Trois unités de forces mobiles sont déployées en renfort dans la région. Le gouvernement annoncé qu'une réunion entre les services de l'État et la mairie doit se tenir pour décider des dispositifs d'urgence à mettre en oeuvre, visant notamment à accélérer "l'accueil des migrants" dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO)Le ministère de l'Intérieur annoncé également que trois unités de forces mobiles sont déployées.

Les ministres de l'Intérieur et du Logement, Matthias Fekl et Emmanuelle Cosse, se rendent ce mardi après-midi sur le camp.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.