[scald=109305:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy a dit mercredi voir une manoeuvre politique du Parti socialiste dans les liens établis entre l'enquête sur Liliane Bettencourt et le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

La cour d'appel de Bordeaux examinera jeudi la demande de libération de l'ex-gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Patrice de Maistre, soupçonné d'avoir organisé un financement frauduleux de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

"Il faudrait faire un parallèle intéressant (...) entre la résurgence dans les médias des tentatives de faire le lien entre Nicolas Sarkozy et différentes affaires politico-financières et les sondages", a dit Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy, lors d'un point de presse.

"Depuis quelques jours, François Hollande a du mal à trouver le ton. On voit bien qu'au Parti socialiste, on hésite sur la stratégie à suivre, par exemple à l'égard de Jean-Luc Mélenchon, alors on cherche des dérivatifs", a-t-elle ajouté.

"Nous sommes sans innocence sur les motifs qui poussent les uns et les autres à essayer de faire resurgir ces histoires et à tisser des liens qui n'existent pas", a-t-elle conclu.

Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement, a également mis en cause l'opposition. "La violence de certaines attaques portées au mépris de toute présomption d'innocence par l'opposition et par un certain nombre de candidats à l'élection présidentielle montre finalement que l'antisarkozysme est certainement l'unique moteur de leur campagne", a-t-elle dit.

Yann Le Guernigou et Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.