la france débat de ses déchets nucléaires
la france débat de ses déchets nucléaires © reuters

L'ANDRA, l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs publie ce matin l'inventaire des déchets. Ils sont produits par les centrales nucléaires évidemment mais aussi par la recherche, l'industrie et le secteur médical (ex scintigraphie). Ces déchets doivent être conditionnés pour être stockés en attendant la décroissance de la radioactivité. qui peut prendre des centaines d'années.

La production de déchets radioactifs continue d'augmenter. Pour atteindre Un million 400 000 Mètres cubes. Les faiblement et très fraiblement radioactifs représentent 90% du volume total. Ce sont les gants utilisés par les opérateurs ou encore le béton issu du démantèlement. Et les capacités de stockage ne sont pas éternelles. Michèle Talèque , en charge de l'inventaire pour l'ANDRA

Pour le stockage des déchets de très faible activité le centre actuellement ouvert risque d'être saturé en 2 020, puisque la prévision est de 2, 2 millions de mètres cubes alors que la capacité est de 650 000 mètres cubes

26 sec

andra

Il faut donc dès maintenant chercher de nouveaux sites de stockages. Quant au combustible usé, il est actuellement retraité pour fabriquer du MOX , un nouveau carburant pour les réacteurs. Mais demain ?

Si on arrête la production électronucléaire on va être amené à stocker du combustible usé, qui deviendront des déchets ils ne seront plus valorisés puisqu'on réutilise le plutonium contenu dans les combustible usé

Dans ce cas, 28 000 tonnes de combustibles usés devraient être stockés à 500 mètres sous terre dans le très controversé projet de stockage Cigéo dans la Meuse. Ils rejoindraient les déchets issus du retraitement : 0,2% du volume sans doute mais ils représentent 98% d'une radioactivité qui va durer des siècles.

►►► CONSULTER | L'inventaire national des matères et déchets radioactifs

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.