Jean-Michel Hieaux, vice-président du Collège cévenol, a fait savoir que la direction de l'établissement n'avait pas été informée des antécédents judiciaires du lycéen soupçonné d'avoir tué et violé la jeune Agnès.

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.