Après la consultation publique qui a eu lieu cet été, et des réclamations persistantes de certains Etats, la Commission européenne va proposer à ses membres de mettre au fin au rituel changement d'heure, été et hiver.

Horloge à Cergy en Ile-de-France
Horloge à Cergy en Ile-de-France © AFP / Thomas Samson

Le gong a-t-il sonné pour le rituel changement d'heure deux fois par an ? Heure d'été ou heure d'hiver, les représentants européens, semblent décidés à mettre fin à un débat aussi vieux que l'existence de l'alternance entre les deux. 

Ce système, adopté pour des raisons économiques en 1976, était contesté depuis le départ, notamment pour les désagréments de santé qu'il générait. 

Plusieurs pays du nord de l'Europe, comme la Suède, la Lituanie, la Finlande, la Pologne demandaient l'abandon de ce système.

À Strasbourg les députés européens avaient  demandé  une évaluation du système de changement d'heure.

La Commission européenne a donc fait examiner la question. 

Respecter l’avis des citoyens et des experts

Les résultats de la consultation publique ont montré que les Allemands étaient sans doute les plus déterminés, car ils sont répondu en masse. En Autriche et au Luxembourg, plus de 2% de la population s’est prononcée.

Cette enquête n’avait donc pas valeur de référendum, mais elle a permis de « tâter le poul «  de l’opinion. 

La commission européenne s’est aussi appuyée sur des études d’experts. La consultation publique n’est pas le seul élément qui a fait aboutir Jean-Claude Junker, le président de la Commission  à l'annonce de la fin du changement.

Pour la commissaire européenne des Transports, Violetta Bulc, « le message est assez clair » pour être suivi d’effet. 

L'actuelle directive fixe pour l'ensemble de l'UE une date et une heure commune pour le début et la fin de l'heure d'été, l'objectif étant d'aider le marché intérieur à fonctionner efficacement.

Une proposition législative est donc en préparation pour le Parlement européenne et le Conseil des Etats ; le décision reste à prendre. Les 28 états membres devront adopter cette décision à la majorité absolue.

Des pays motivés et d'autres moins

Pour la chancelière allemande Angela Merkel c’est une priorité. Mais pour les Italiens, la réaction est différente  : "Nous aborderons sérieusement la question de l'abolition de l'heure d'été, mais seulement lorsque l'UE fera face aux défis plus importants. C'est triste, l'Europe de Juncker", a commenté l'eurodéputé Ignazio Corrao, du Mouvement (m5S, antisystème), l'autre parti de la coalition gouvernementale italienne.

Selon la Commission, les opposants au changement d'heure ont mis en avant les conséquences négatives  sur la santé, l'augmentation du nombre d'accidents de la route ou au manque d'économies d'énergie.

L'heure d'été se pratique dans 70 pays et le prochain changement d'heure, ce sera pour le passage à l'heure d'hiver, le 28 octobre 2017, à 3h du matin. Est-ce que ce sera le dernier ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.