Dans une tribune publiée dans le quotidien "Les Echos" Pierre de Villiers demande un effort budgétaire en matière de défense.

Général Pierre de Villiers
Général Pierre de Villiers © AFP / PATRICK KOVARIK

Le général Pierre de Villiers réclame « une hausse progressive du budget de la défense » pour atteindre 2 % du PIB, contre 1,77 % actuellement. Il faut un effort de guerre selon lui. Pour lui, "D'ores et déjà, nos armées s'opposent, avec une détermination sans faille, au phénomène du terrorisme islamiste radical, qui a érigé la violence en système. L'ennemi que nous combattons est très éloigné des schémas classiques. Nous sommes face à un ennemi qui s'attaque davantage à ce que nous sommes qu'à ce que nous avons. A sa violence barbare, les hommes et les femmes de nos armées opposent la force légitime."

Il s'agit dit-il de faire un effort durable : « rester capable d’assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces », écrit-il aux Echos, avant l'attentat de Berlin.

Il se félicite que le budget de l'armée ait cessé de baisser en signalant le volontarisme du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, mais précise-t-il , « Il faut comprendre que le moindre décalage de cohérence entre les menaces, les missions et les moyens s’apparente au grain de sable qui grippe le système et conduit à la défaite ».

Pour lui le budget des armées doit donc atteindre les 2 % du PIB, avant la fin du prochain quinquennat.

Actuellement le projet de budget de la défense pour 2017 représente 1,77% du produit intérieur brut. Il s’élève à 32,7 milliards d’euros. Pour Pierre de Villiers : "L'année 2017 doit être, en conséquence, l'occasion d'initier un processus vertueux en conduisant une revue stratégique ramassée. Sur cette base, il faudra procéder au vote d'une nouvelle loi de programmation militaire et préparer un budget 2018, robuste et cohérent, véritable première marche d'une montée en puissance, désormais indispensable. Le temps presse."

►►► Lire la tribune dans Les Echos

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.