Les premiers chèques énergie 2019 sont postés cette semaine, dans 17 départements français. Les envois s'échelonneront jusqu'à fin avril. Un chèque revu à la hausse cette année : 5,8 millions de bénéficiaires, et une augmentation de 50 euros.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp / Simon Daval

Premières régions concernées : les Hauts-de-France, la Corse, la majeure partie du Grand-Est ainsi que la Réunion, la Guyane et la Guadeloupe. Cette semaine, les foyers éligibles recevront leurs chèques énergie 2019, revalorisés de 50 euros par rapport à l'an dernier, et élargis à 2,2 millions de foyers supplémentaires, soit 5,8 millions de foyers au total. Avec une double promesse : réduire la précarité énergétique, et permettre la transition écologique. Et quels résultats ? 

Une immense majorité des chèques 2018 ont servi à payer les factures d'énergie

Selon les chiffres (encore provisoires) du Ministère de la Transition écologique et solidaire, en 2018 : 

  • environ 94 % des chèques ont été utilisés pour le gaz ou l'électricité ;
  • environ 3% ont été utilisés pour le fioul ;
  • environ 1% des chèques a été utilisé pour des dépenses de bois ;

"Globalement, on est dans un contexte où l'énergie augmente", explique Vincent Licheron, chargé de mission "environnement" à l'association de consommateurs CLCV. "Le gaz a augmenté très fortement l'année dernière ; l'électricité, c'est pour cette année, avec une hausse de 5,9 % envisagée. Concrètement, la première utilité de ce chèque énergie, c'est tout simplement de payer sa facture."

Un montant trop bas pour financer des travaux de rénovation écologique

Mais l'autre objectif du chèque énergie, celui de favoriser la transition écologique, est manqué : toujours selon les chiffres du Ministère, moins de 1 % des chèques 2018 ont servi à remplacer un système de chauffage. Et ce n'est pas l'augmentation de 50 euros en 2019, portant le montant maximum à 277 euros, qui va changer la donne, selon Vincent Licheron. 

"Le gouvernement a voulu donner d'autres ambitions au chèque énergie, notamment celle de réaliser une transition énergétique. En réalité, pour passer d'une chaudière au fioul à une chaudière plus respectueuse de l'environnement, tous travaux compris, le coût est bien trop important. On peut atteindre 10 à 15 000 euros. Ce n'est pas un chèque énergie de 200 euros qui facilitera la vie des ménages à ce niveau-là."

Enfin, environ 20 % des chèques énergie 2018 n'ont pas été utilisés par les bénéficiaires. Si vous en faites partie, il n'est pas trop tard : vous avez encore jusqu'au 31 mars pour vous en servir.

En plus : retrouvez la liste des départements suivant les dates d'envois du chèque énergie

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.