Entre 2015 et 2017, les ventes de chewing-gums ont baissé de 10 % en France, selon Mathias Dosne, président du groupe Mondelez. Il s’est exprimé sur BFM Business.

En France, les ventes de chewing-gums ont baissé de 10% en deux ans.
En France, les ventes de chewing-gums ont baissé de 10% en deux ans. © Maxppp / Claude Prigent

Qui résiste à l’envie d’acheter un paquet de chewing-gums et autres bonbons présentés à l’avant des caisses de supermarchés ? Cette habitude, présente chez bon nombre de Français, semble s’être essoufflée ces dernières années, alors que l’Hexagone est le premier consommateur de chewing-gums en Europe. Les ventes ont diminué de 10 % entre 2015 et 2017.

La lutte anti-obésité mise en place par Roselyne Bachelot lorsqu’elle était ministre de la Santé n’est pas non plus sans conséquences.

Selon Mathias Dosne, le président du groupe Mondelez France, qui détient par ailleurs Malabar, Trident et Hollywood, cette baisse des ventes est liée à l’utilisation massive des smartphones. Mais aussi à l’apparition des caisses automatiques ces dernières années, qui a clairement désengorgé les files des caisses. Conséquence : le consommateur reste moins longtemps coincé devant les présentoirs, évitant ainsi (malgré lui) le fameux "achat impulsif". Dans le même esprit, on peut aussi accuser les courses livrées à domicile ou les "drive" (chercher ses courses en voiture), qui permettent aux consommateurs de ne plus avoir à passer les portes du supermarché.

Face à ce constat, l'entreprise Wrigley, qui distribue entre autres les chewing-gums Airwaves et Freedent, a trouvé la solution dans un espace stratégique : les meubles devant la caisse. Certains ont été équipés de petites ampoules LED et de présentoirs plus inclinés pour capter l’attention des clients.

Ce système semble fonctionner dans la quarantaine de magasins équipés, où les ventes ont augmenté de près de 15 %.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.