"Coiffure en lutte", collectif lancé sur les réseaux sociaux, milite contre les différences tarifaires entre hommes et femmes dans les salons mais aussi contre toute forme de discrimination. Il propose un tarif "à la minute" pour rendre les prix plus équitables.

Pourquoi une coupe pour homme coûte-t-elle bien moins cher qu'un coupe femme, même si les cheveux sont de la même longueur ?
Pourquoi une coupe pour homme coûte-t-elle bien moins cher qu'un coupe femme, même si les cheveux sont de la même longueur ? © Getty / energyy

"Toute seule, à ma petite échelle, je ne pouvais pas faire grand-chose", souffle Laura, 31 ans, coiffeuse à domicile. Il y a trois mois, la trentenaire lance un appel sur son compte professionnel Instagram pour interpeller sa communauté sur les tarifs genrés. "Pour une même coupe, une femme payera plus cher qu’un homme, affirme-t-elle. Une femme payera en moyenne 35 euros alors qu’un homme en payera en moyenne 25 euros." De fil en aiguilles, un groupe se forme "Coiffure en lutte", ouvert à tous, pour lutter contre toutes formes de discriminations (surpoids, obésité, types de cheveux...) dans les salons. 

Pendant des années, Amélie, 28 ans, n’était par exemple pas très à l’aise à l’idée de se rendre dans un salon de coiffure. Peur d’un manque d’écoute, d’un manque de bienveillance. La création de ce collectif sur les réseaux sociaux est une bonne chose selon elle. "Il prône des valeurs qui me parlent beaucoup." Amélie se sent concernée par le sujet : les cheveux bouclés au-dessus des épaules, elle paye toujours plus cher que son frère, qui a les cheveux plus longs qu’elle. "C’est injuste. Je pense qu’on devrait plutôt faire des tarifs sur la longueur de cheveux, sur le temps que va prendre la coupe plutôt que de baser juste sur le genre de la personne", juge-t-elle.

Et si le tarif était basé sur le temps passé à la réalisation de la coupe ?

Une bonne idée pour plusieurs coiffeurs et coiffeuses de ce collectif dont Laura qui propose la création d’ "un tarif à la minute", c’est-à-dire qu’une coupe qui durerait 30 minutes aurait un tarif tandis qu’une coupe qui dure une heure en aurait un autre, souligne-t-elle en précisant qu’il ne s’agit pas d’encadrer les tarifs. 

Un avis partagé par Christophe Doré, Président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC), lui-même coiffeur en Seine-Maritime, mais qui est difficile à faire appliquer. "On peut penser qu’on est sur une moyenne de "1 euro la minute" (…) tout ce qui est autour de la coiffure masculine est en-dessous de ce tarif, donc si on devait avoir une harmonisation des tarifs, ce serait la coiffure masculine qu’on devrait fortement augmenter", appuie-t-il.

Des tarifs affichés sur la vitrine

Si ces coiffeurs et coiffeuses s’accordent à vouloir faire évoluer la profession, cela reste compliqué sur un point. "Il faut savoir que la réglementation nous oblige à avoir une tarification différenciée et affichée dans nos vitrines. Aujourd’hui, nous avons une obligation d’avoir dix tarifs femme, dix tarifs homme, c’est comme ça", explique Christophe Doré. 

Le collectif "Coiffure en lutte" compte aller plus loin en démarchant dans les prochains mois les salons et les écoles de coiffure pour faire évoluer ce secteur et les mentalités.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix