Des salaries d'un salon de coiffure Afro Antillais du quartier Chateau d'Eau a Paris occupent leur salon
Des salaries d'un salon de coiffure Afro Antillais du quartier Chateau d'Eau a Paris occupent leur salon © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

Depuis près de trois mois, 18 coiffeurs et manucures occupent un salon de beauté dans le 10e arrondissement de Paris. Le collectif des cinéastes pour les sans-papiers a prévu ce matin une action d'envergure pour les aider à obtenir un titre de séjour.

A peine payées, pas déclarées, exploitées. Leurs conditions de travail inacceptables avaient ému et indigné. Et leur mobilisation avait surpris. Les coiffeurs et coiffeuses du 57 boulevard de Strasbourg à Paris occupent les locaux de salon de coiffure depuis cet été. Après 3 semaines de grève en juin, ils avaient obtenu des contrats de travail, mais la liquidation de la société a mis fin à tout espoir de régularisation

Axelle Labbé a rencontré l'une de ces salariées. Aïcha a 42 ans, elle est arrivée du Mali il y a un an et demi .

Alors que la justice va se prononcer jeudi sur cette occupation, des cinéastes, très engagés dans le soutien à ces 18 grévistes, dont 15 sans-papiers, vont donner plus d'ampleur à leur mouvement, avec une campagne qu'ils veulent nationale.

"Le collectif des cinéastes pour les sans papier", c'est le nom du mouvement, avait déjà envoyé une lettre ouverte, le 8 septembre, au ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, ainsi qu'à Christiane Taubira et François Rebsamen. Courrier sans réponse, précisent les cinéastes.

Les explications d’Eva Bettan

A ce jour, 160 cinéastes d'horizons très différents ont rejoint le collectif : de Mathieu Amalric, à Josyane Balasko, François Ozon, Claude Lanzmann, Costa -Gavras...

Pascale Ferran, l'un de ses membres, était l'invité du journal de 13h d'Yves Decaen

C'est de la traite d'êtres humains. On leur donne de la visibilité, on les aide à ce que leur parole soit entendue

Le collectif des cinéastes lance sa campagne ce mercredi matin : un film de trois minutes sera proposé aux salles de cinéma ainsi que des vidéos sur le web.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | le site du collectif

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.