Kaamelott qui a tout vu avant tout le monde (comme d'habitude...), Jean-Jacques Goldman qui sort du bois et un Italien qui sort de chez lui mais pas vraiment.

Le confinement vu du web, jour 7
Le confinement vu du web, jour 7 © Radio France / illustration JB

L'accroche Twitter du jour : "Nous sommes le problème"

Nous y sommes. Une semaine que la France s'est mise, doucement mais sûrement, à l'arrêt. Pour ce septième jour de confinement (huitième depuis la fermeture des écoles, dixième depuis celle des commerces), quand certains commencent à arriver à saturation de l'école à la maison, d'autres signalent qu'à l'extérieur, la nature semble avoir repris ses droits, petit à petit. Les nuisances sonores à Paris ont fondu, laissant à nouveau la place aux chants d'oiseau ; la pollution a décru de même, quand à Venise, l'eau est redevenue claire. 

De là à dire que nous, habitants de la Terre, sommes le problème, il n'y a qu'un pas (et on le franchit aisément). De là à extrapoler un tout petit peu sur les situations de retour de la nature, il n'y a aussi qu'un seul pas, que les utilisateurs de Twitter ont très volontiers franchi ce lundi, et déjà un peu ce week-end, avec ce mot-clé (qui n'en est pas un) : "Nous sommes le problème". 

Les bonnes idées du jour : ruban rouge et théâtre au balcon

Cette initiative a commencé en France, pourtant c'est au Québec qu'elle semble avoir trouvé un plus fort écho. Son principe est simple : inviter les personnes qui ont besoin d'aide, parce qu'elles sont en position de faiblesse, ou malades, à accrocher un morceau de tissu rouge à leur fenêtre. Ainsi, sans avoir à sortir de chez elles, ces personnes indiquent une situation de détresse, qui peut pousser le voisinage à proposer son aide. Lancée par quelques utilisateurs français, elle est reprise pleinement notamment par une ville québecoise, qui incite tous les habitants qui en ont besoin à le faire. 

Autre initiative intéressante, dans un autre domaine, celle du metteur en scène Thomas Jolly, qui sur Instagram a annoncé montre une opération "Théâtre au balcon", à Angers (où il dirige le Centre dramatique national) pour continuer à créer du spectacle vivant alors que tous les théâtres sont fermés. Au programme : "Roméo et Juliette" de Shakespeare.

Les chansons du jour 

C'est LA vidéo musicale que l'on a vu circuler le plus souvent pendant cette septième journée de confinement : retiré de la chanson, retiré de la troupe des Enfoirés, Jean-Jacques Goldman, qui ne s'exprime presque plus jamais en public, a pourtant pris la peine de se filmer pour interpréter lui-même une version revue et corrigée de son titre "Il changeait la vie", en l'honneur des personnels soignants, retitrée "Ils sauvent des vies". 

Ce n'est pas la seule vidéo musicale à avoir circulé sur Internet aujourd'hui. Sur YouTube et Facebook, cette parodie de "Tout doucement" de Bibie interprétée par deux marionnettes-chaussettes a bien amusé les internautes. 

Patrick Sébastien a lui aussi proposé une parodie d'une de ses propres chansons, "Les Sardines", façon confinement.

La vidéo du jour : Kaamelott avait tout prévu

Les attestations de circulation, les barrages de police, les contrôles, les accrochages... la crise du Covid-19 n'a rien inventé. La preuve, avec cette vidéo extraite de la série culte Kaamelott, où Alexandre et Lionnel Astier s'affrontent à cause d'une histoire "d'allers-retours en plein après-midi". 

Le génie du jour : aller prendre un café malgré le confinement

En Italie, la situation est de plus en plus grave : ces dernières 24h, on compte encore 602 personnes qui sont mortes du Covid-19 dans le pays. Pourtant, les Italiens n'ont pas perdu tout leur sens de l'humour. La preuve avec cette vidéo qui montre un homme qui tient absolument à sortir prendre son café, contre l'avis de sa femme. La fin de la vidéo vous montrera que ce monsieur n'est pas si irresponsable que ça, et qu'au contraire, il a pas mal d'imagination pour pallier l'interdiction de sortir. 

La détente du jour : David Hockney fête le printemps

Confiné dans sa résidence de Caen, où il vit depuis plusieurs mois, l'artiste peintre David Hockney, 83 ans, continue à créer de nouvelles oeuvres. Pas besoin de toiles ni de tubes de peinture pour lui (et donc, pas de risque de pénurie) : ces dernières années, Hockney, l'un des peintres vivants les plus reconnus (l'un de ses tableaux les plus connus, "The Splash", a été vendu 27 millions d'euros en février), est désormais un adepte de la peinture sur iPad. Par Internet, il a donc envoyé un nouveau tableau : on y voit quatre belles jonquilles sur une prairie verte. Son titre, résolument optimiste : "Do remember they can't cancel the spring". En français : "Souvenez-vous bien qu'ils ne peuvent pas annuler le printemps"

Le confinement vu du web, c'est tous les jours sur Franceinter.fr

Les épisodes précédents :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.