Alors que la deuxième semaine de confinement bat son plein, les Françaises et les Français continuent à s'organiser pour passer leurs journées chez eux. Mais pendant que parodies et chansons continuent à peupler le web, les propos de la porte-parole du gouvernement ont irrité les enseignants.

Le confinement vu du web, jour 9
Le confinement vu du web, jour 9 © Radio France / Illustration JB

Le hashtag du jour : #SibethNdiaye

Après le Conseil des ministres ce mercredi, la porte-parole du gouvernement a tenu un point presse au cours duquel elle a notamment évoqué les besoins de bras du monde agricole pour continuer à produire, et a passé un appel à ceux qui actuellement ne travaillent pas. Seulement, elle a très mal choisi son exemple : les enseignants. 

Une phrase mal placée qui a suscité l'ire et les moqueries des utilisateurs de Twitter, faisant du nom de la porte parole le mot-clé le plus partagé de la plateforme mercredi. 

La porte-parole du gouvernement a dû faire machine arrière dans un tweet où elle a reconnu que son exemple avait été mal choisi. 

Les bonnes idées du jour : #PourEux et #Stayhomechallenge

Sur Facebook, les groupes #PourEux proposent, pour chaque ville, d'organiser un système de préparation et de distribution de repas pour les sans-abri qui doivent affronter cette période. En quelques jours, le dispositif s'est rapidement organisé, pour respecter toutes les mesures de sécurité et d'hygiène.

Autre bonne idée, le #StayHomeChallenge de l'application Zenly, dédiée normalement à la géolocalisation de ses amis sur une carte. Propriété de Snapchat, l'application a mis en place un dispositif légèrement différent de sa fonction classique : un classement de vos amis en fonction du temps passé à la maison, sans sortir. Qui arrivera à enchaîner les 100% à la maison ? On attend de voir cette fonction arriver sur une application encore plus utilisée, comme Mapstr ou Instagram par exemple.

La vidéo du jour : et si les Friends s'étaient confinés ?

C'est l'un des meilleurs détournements vus depuis le début de la période de confinement : alors que la série Friends est une des valeurs refuge préférées des confinés devant leur télé – qu'ils le regardent sur Netflix ou TFX – le youtubeur David de la chaîne Ganesh2 a imaginé une nouvelle version du générique de la série… où tous les personnages sont seuls, confinés, et tristes. C'est à la fois drôle et tragique. 

La mignonitude du jour : la police contrôle… et aide les canards

En cette période de confinement, la police, notamment à Paris, est largement dédiée aux contrôles des autorisations de sorties des habitants, les motifs de sortie valable ayant été restreints en début de semaine, avec une nouvelle attestation à remplir. 

Mais les agents de la préfecture de police continuent d'assurer la sécurité des personnes… et des animaux. Des motards ont donc dû encadrer une famille de canards et de poussins qui étaient en balade sur le périphérique. Avaient-ils leur attestation ? Ce n'est pas sûr. 

L'émotion du jour : une chorale à distance

Attention, il y a peu de chances que vous ne versiez pas une larme devant ces images. À l'instar de l'orchestre serbe qui a joué, à distance, le chant Bella Ciao, cette chorale américaine a enregistré une chanson, dont chaque interprète est confiné chez soi. Après un appel, la chorale a reçu plus de 1 000 contributions en deux jours et propose aujourd'hui ce touchant montage. Où la chanson "Close to you" (près de toi) n'a jamais été aussi forte de sens. 

Le compte du jour : le service de réanimation de la Pitié Salpêtrière

Depuis cinq jours, l'une des équipes de soignants des unités de réanimation de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, à Paris, a lancé son compte Instagram. Un compte aussi utile que poignant, où l'on peut voir aussi bien les difficultés auxquelles sont confrontées les équipes, que les moments de complicité, tout comme les marques de solidarité que reçoivent les soignants. Un compte utile pour tous. 

Le malaise du jour : encore une chanson sur le coronavirus

On ne peut pas blâmer l'intention, qui est évidemment bonne. On ne peut pas blâmer l'idée qu'a eue cette famille pour passer le temps pendant la période de confinement, en faisant une chanson en forme de clin d'œil à l'épidémie du coronavirus. Seulement… entre les paroles hasardeuses, le chant assez mal placé, et une mise en scène un peu bancale, cette chanson, parodie de "Ne reviens pas" de Gradur s'est rapidement retrouvée sur le compte "Malaise TV". 

Le confinement vu du web, c'est tous les soirs sur franceinter.fr

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.