Le Conseil scientifique aurait souhaité que les crèches et les établissements scolaires restent fermés jusqu'en septembre mais dit prendre acte de la décision du gouvernement et précise les modalités de la réouverture.

Une salle de classe vide, dans une école primaire de Bordeaux
Une salle de classe vide, dans une école primaire de Bordeaux © AFP / Constant Forme-Becherat

Dans un avis rendu public ce samedi 25 avril, le Conseil scientifique affirme qu'il était favorable à ce que les crèches et les écoles restent fermées jusqu'en septembre mais "prend acte de la décision politique" d'une réouverture progressive à partir du 11 mai. Dès lors, "il incombe aux autorités de s’assurer que les mesures sanitaires soient opérationnelles au moment de l’ouverture de chaque établissement scolaire", écrivent les experts. 

Masque obligatoire pour les collégiens et les lycéens

Dans une note de onze pages transmise au gouvernement, ils précisent donc les modalités de cette réouverture. Ainsi, le port du masque sera obligatoire pour les collégiens et lycéens. Il est en revanche impossible de l'imposer aux enfants de maternelle, soulignent-ils. Les parents ne pourront pas pénétrer dans l'enceinte de l'établissement. "L’accueil des enfants les plus petits devra être organisé de façon à ce qu’il n’y ait pas d’attroupement de parents à l’entrée de l’établissement scolaire", peut-on lire. 

De la même façon, les élèves d'une classe ne devront pas croiser ceux d'une autre classe. Au moins un mètre séparera les tables entre elles. Si l'espace est insuffisant, les établissements scolaires "devront réfléchir avant ouverture au rythme auquel ils peuvent accueillir les enfants dans de bonnes conditions sanitaires (un jour sur deux, 1 semaine sur 2, le matin vs. l'après-midi...)".

Le jour de la rentrée, les enfants devront par ailleurs bénéficier d'une information pratique sur les mesures barrières et l'hygiène des mains, information qui pourra se faire sous forme de diaporama pour une meilleure compréhension par les élèves. 

Le Conseil recommande également une stratégie visant à réduire "le brassage des élèves", pour éviter "la fermeture de tout un établissement en cas de découverte d'un cas positif". Enfin, il se dit "favorable au principe de volontariat et de non obligation des familles", avec une possibilité de poursuivre les enseignements à distance.

Dans leur avis, les experts du Conseil scientifique évoquent également d'autres aspects du déconfinement. Doit-il se faire partout sur le territoire ? Oui, répond le Conseil. Une sortie région par région ne serait pas réaliste. Il souligne également l'importance cruciale de posséder des tests diagnostics fiables pour identifier les cas et leurs contacts. Quant à l'usage des outils numériques de tracing, le Conseil ne se prononce pas sur les options technologiques retenues. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.