Pourquoi est-il si difficile aujourd'hui d'imaginer une autre alternative au couple que le célibat ? Peut-être est-il temps de réinventer le couple ?

Depuis l’annonce du divorce de "Brangelina" le mois dernier, la machine médiatique s’est emballée
Depuis l’annonce du divorce de "Brangelina" le mois dernier, la machine médiatique s’est emballée © Getty / Jean Baptiste Lacroix

Marcela Iacub a écrit Pourquoi le divorce de Brad et Angelina nous terrifie ? Pour elle, Brad Pitt et Angelina Jolie formaient un couple parfait : beau, égalitaire, qui n’était menacé par aucune des choses qui semble ordinairement fragiliser les couples.

Pour elle, cette rupture entre les deux stars hollywoodiennes symbolise l’échec du couple comme institution sociale... Cela expliquerait aussi pourquoi ce qui n'est tout de même qu'un sujet people a tout de même fait le tour des médias.

► SUR LE MEME SUJET | Le couple a-t-il encore un avenir ?

La chercheuse s’agace :

Ce n’est pas la faute des gens qu’on a choisi, c’est l’institution qui ne va pas !

Marcela Iacub ajoute : “L’idéologie aujourd’hui dit : quand nous nous séparons, c’est que nous n’avons pas trouvé la bonne personne. C’est comme le loto, il faut jouer encore. C’est comme ça qu’on nous maintient dans la servitude intellectuelle et affective ! Les gens continuent à attendre de trouver les partenaires qui vont faire en sorte qu’ils ne vont pas se séparer. Peut être que le problème, c’est l'institution et pas le partenaire”.

Marcela Iacub regrette aujourd'hui le manque d’alternative au couple (autre que le célibat) dans notre société. On peut imaginer une association de vie commune qui ne soit pas forcément sexuelle, pas forcément familiale. Ecoutez-la présenter les théories de la philanthropie sexuelle de Charles Fourier - une société utopique où les plus désirables feraient preuve de générosité pour donner de leur personne aux plus démunis du sexe :

► ECOUTEZ | La Tête au carré de Mathieu Vidard, avec pour invités Macela Iacub et Philippe Brenot

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.