Le grand chef Bergé Kawa, descendant d'Ataï
Le grand chef Bergé Kawa, descendant d'Ataï © Radio France / Benjamin Illy

Après 135 ans passés dans les réserves du Musée de l'Homme à Paris, les reliques du grand chef kanak Ataï, rebelle décapité en 1878 en Nouvelle-Calédonie et devenu un personnage très populaire, ont été restituées à ses descendants.

Ataï est le chef kanak qui a commandé l’insurrection des indépendantistes menée en 1878 contre les colons français en Nouvelle Calédonie. A l'époque, il a été décapité et sa tête ramenée en métropole.

Ataï, figure héroïque, fait toujours l'objet d'un véritable culte pour ses descendants directs. Et ce jeudi, enfin, le Crâne d'Ataï mais aussi celui de son sorcier ont été rendus au peuple Kanak.

Un symbole fort pour la tribu

Une délégation est arrivée à Paris et une cérémonie a eu lieu jeudi matin au Museum National d'Histoire Naturelle, en présence de Georges Pau-Langevin. La ministre des Outre-mer a remis les deux crânes au grand chef du district de La Foa et descendant d'Ataï, en présence de membres du Sénat coutumier kanak.

Le reportage sur place de Benjamin Illy

Les reliques arriveront en Nouvelle-Calédonie début septembre où elles seront déposées à la tribu de Petit Couli à Sarraméa pendant un an. Puis de nouvelles cérémonies se dérouleront pour la levée de deuil, qui viendront clore une histoire à rebondissements.

Écoutez l'histoire de ce fameux crâne d'Ataï

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.