Aurélie Filippetti
Aurélie Filippetti © MaxPPP

Finies les nominations controversées des grands chefs de l'audiovisuel public par l'Éysée ! En tout cas c'est l'une des mesures du projet de loi qui arrive devant l'Assemblée aujourd'hui. Aurélie Filippetti veut confier ces nominations au CSA.

C'était une mesure particulièrement controversée de la présidence Sarkozy : la nomination par le président de la République des présidents des chaînes et des radios publiques. Un manque d'indépendance flagrant, pour la nouvelle ministre de la Culture. Dans son projet de loi, c'est le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel qui retrouve le pouvoir de nomination.

Ecoutez Aurélie Filippetti au micro de Benjamin Illy.

Les députés devront se prononcer sur la question à partir d'aujourd'hui sur cette mesure symbolique.

Les membres du CSA eux aussi concernés par le projet

Elle est couplée à une autre mesure tout aussi importante, sur la nomination des membres du CSA. Jusqu'ici, le président de la République nommait trois membres. Il ne désignerait désormais plus que le président de l'institution. Six membres seront nommés eux par les présidents de l'Assemblée et du Sénat.

Mais il faudra systématiquement un avis conforme d'une majorité des trois cinquièmes des commissions des Affaires culturelles du Parlement.

A gauche, le PS et les écologistes ont annoncé qu'ils voteraient le texte. Pas le Front de Gauche qui s'abstiendra, le projet est selon eux "bien timide au regard du nouveau souffle à donner à l'audiovisuel public, loin de la révolution annoncée".

A droite, l'UMP a prévenu qu'elle voterait contre "une petite loi sur l'indépendance de l'audiovisuel qui n'aborde pas le financement de l'audiovisuel".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.