Publiée vendredi dernier, une décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel revient sur les signalements déposés après une blague de Jean-Marie Bigard à l'antenne. Le CSA demande à la chaîne C8 d'être plus vigilante sur le contenu des programmes... mais pour l'heure, il n'est pas question d'une diffusion plus tardive.

Cyril Hanouna va commencer la 10e saison de son émission Touche pas à mon Poste
Cyril Hanouna va commencer la 10e saison de son émission Touche pas à mon Poste © Maxppp / PhotoPQR / Le Parisien / Frédéric Duguit

"Mes chéris, pas d'inquiétude, c'est juste Puremedias qui ne fait aucun clic pendant l'été et qui a ressorti une vieille histoire" : lundi matin, sur son compte Twitter, l'animateur et producteur Cyril Hanouna a voulu rassurer ses téléspectateurs, en démentant le fait que son émission "Touche pas à mon poste", diffusée sur C8, pourrait être prochainement interdite aux moins de 12 ans.

En cause, plusieurs articles de la presse spécialisée dans les médias qui ont repéré une décision publiée vendredi dernier par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) concernant une émission diffusée en février 2019. Le 11, l'humoriste Jean-Marie Bigard avait fait "une plaisanterie portant sur le viol d'une patiente par son médecin", qui a entraîné un signalement par "de très nombreux spectateurs"

De nombreux articles publiés ce lundi matin évoquent donc la possibilité que l'émission soit interdite par le CSA aux moins de 12 ans, et que du fait de cette interdiction, elle ne pourrait plus être diffusée avant 22h.

Il y a du vrai et du faux dans la réponse de Cyril Hanouna. Ce qui est vrai, c'est que cette décision n'est pas récente : l'émission a été diffusée le 11 février 2019, et surtout, l'assemblée plénière du CSA au cours de laquelle les signalements ont été examinés remonte au 3 avril dernier, c'est-à-dire bien avant que l'avis soit rendu public sur Internet, le 2 août. Le Conseil a donc pu transmettre sa mise en garde à la chaîne C8 et à l'animateur en amont.

Mise en garde

L'avis sévère de l'organisme, en revanche, est bien réel : 

Le CSA a relevé le caractère particulièrement cru et violent de la plaisanterie et a appelé fermement l’attention des responsables de la chaîne sur le risque de banalisation de comportements inacceptables que pourrait véhiculer ce type de séquences.

L'organisme est en effet chargé de veiller au "respect des droits des femmes dans le domaine de la communication audiovisuelle (...) notamment en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes, les violences faites aux femmes et les violences commises au sein des couples". La séquence mise en cause n'est pas en accord avec cet objectif, estime le CSA.

Cela signifie-t-il que "TPMP", comme l'appellent ses fans, va passer en deuxième partie de soirée ? Pas forcément - ou en tout cas, pas tout de suite. Même si le CSA brandit la menace d'une "classification en catégorie III", c'est-à-dire en programme interdit aux moins de 12 ans, il ne s'agit pour l'heure que d'une mise en garde : cette sanction pourra être prise en cas de "réitération de tels constats sur de nouvelles émissions". 

Avis et délibérations a priori

Or, le CSA n'a pas la capacité d'agir a priori sur les programmes : il ne peut s'exprimer qu'une fois les programmes diffusés, au cas où un contenu fait l'objet d'un nouveau signalement (le Conseil peut par ailleurs s'auto-saisir). Autrement dit, ce n'est pas la blague de Jean-Marie Bigard qui causera une éventuelle classification de l'émission en catégorie III : cela n'arrivera que si l'équipe de l'émission reproduit ce genre de débordements... et que ceux-ci sont à nouveau signalés par les téléspectateurs. 

De la même façon, ce n'est pas le CSA qui appose la signalétique "interdit aux moins de 12 ans" sur les programmes qui font l'objet d'une classification particulière, mais les diffuseurs. En d'autres termes, s'il y a de nouveaux dérapages et que le CSA choisit de placer le programme en "catégorie III" (contenu violent), C8 pourra bien jouer avec le feu et ne pas l'interdire aux moins de 12 ans. Dans ce cas, il faudra à nouveau que le conseil statue sur des signalements. Alors, à ce moment-là, il pourra prendre des sanctions, qui peuvent aller jusqu'à un retrait de l'autorisation de diffusion de la chaîne. 

En attendant, toujours sur son compte Twitter, Cyril Hanouna assure que l'émission reviendra bien à la rentrée à partir de 18h30 pour sa dixième saison, et qu'elle comptera à nouveau une importante partie consacrée à l'actualité des médias. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.