silhouettes verticale
silhouettes verticale © Radio France

Plus de nom, sexe, âge, nationalité ou adresse sur le logiciel de dépôt de candidature du conseil général de l'Essonne, qui emploie près de 4.700 agents et recrute plusieurs dizaines de personnes par an .

L'idée n'est pas nouvelle, elle est même inscrite dans la loi de 2006 sur l'égalité des chances, sauf qu'elle n'a jamais été appliquée.

L'expérience, menée avec l'Observatoire des discriminations présidée par le sociologue Jean-François Amadieu et un cabinet de ressources humaines, va durer six mois. Elle devrait permettre de savoir si ce CV anonyme peut véritablement améliorer l'égalité des chances, lors du recrutement.

Ces résultats statistiques seront comparés avec les recrutements effectués par le conseil général pendant le premier semestre 2013.

Donner plus de chances à des gens qui auraient pu être écartés sur simple CV

Pour le président du conseil général, le socialiste Jérôme Guedj : "Il faut que l'on soit exemplaire. Nous souhaitons donc que seuls les parcours professionnels et la formation soient mis en avant".

"Je n'ai pas de religion sur le CV anonyme. On ne peut pas juger le dispositif si on ne l'expérimente pas. Regardons à l'échelle d'une collectivité", a ajouté le président du conseil général de l'Essonne.

Le reportage d'Elise Thibault

Une étude quantitative du Centre de recherche en économie et statistiques (Crest) publiée en avril 2011 avait souligné que les CV anonymes expérimentés dans plusieurs grandes entreprises n'avantageraient pas les demandeurs d'emploi issus de l'immigration, mais les pénaliseraient au contraire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.