Le CV anonyme.
Le CV anonyme. © IDÉ

Le CV anonyme, théoriquement obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés depuis la loi du 31 mars 2006 mais jamais appliqué, sera abrogé prochainement, a annoncé le ministre du Travail François Rebsamen. Objectif : ne pas "nuire à l'embauche".

La baisse du chômage plutôt que la lutte contre les discrimination , voilà qui résume le point de vue du gouvernement sur la question du CV anonyme qui, s'il n'est "pas abandonné", "ne peut pas être généralisé, systématique" selon le ministre du Travail. Il assure que la mesure, si elle part d'une noble intention, "ne peut pas fonctionner pour toutes les entreprises et sur tous les postes". C'est sans doute pour cela aussi qu'elle n'a jamais été vraiment appliquée, et ce malgré plusieurs sommations du Conseil d'État.

Depuis l'époque où cette décision a été prise, en 2006, jusqu'à aujourd'hui, les conditions de recrutement des entreprises - développement du numérique, CV vidéos - ont évolué et il ne faudrait pas que cette mesure par sa généralisation et son caractère systématique nuise à l'embauche .

Le CV anonyme a pour objectif de lutter contre les discriminations à l'embauche. Son abandon sera compensé, François Rebsamen le promet, par d'autres mesures dans le même esprit, comme le recours aux actions collectives , une procédure qui "permettra aux victimes de se rassembler pour introduire l'action en justice". Elle figurera dans le projet de loi J21 (Justice du XXIe siècle) porté par Christiane Taubira.

Le gouvernement évoque aussi la mise en place d'un "référent diversité" dans les entreprises de plus de 300 salariés. Il devra notamment "orienter et accompagner les candidats ou les salariés se sentant discriminés". S'ils parviennent à être recrutés avant, bien entendu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.