Le vaccin obligatoire DTP doit être disponible sans être associé à d'autres. Décision du Conseil d'Etat. De son coté, le ministère va revoir la liste des vaccins obligatoires.

Le vaccin obligatoire DTPolio n'est plus disponible sans être associé à d'autres vaccins
Le vaccin obligatoire DTPolio n'est plus disponible sans être associé à d'autres vaccins © AFP / Phanie VOISIN

Les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), les seuls à être obligatoires en France, doivent être disponibles sans association avec d'autres vaccins. Le Conseil d'Etat a tranché, à la suite une demande qui avait rassemblé plus d'un million de signataires dans une pétition.

L'avocate de quelque 2 300 plaignants, satisfaite par cette décision du Conseil d'Etat, jointe par Danielle Messager :

On est pour les vaccins mais on ne bombarde pas un petit bébé qui vient de naître de 6 vaccins. Il faut attendre la pré-adolescence pour vacciner.

Un vaccin introuvable depuis 2008

Les laboratoires l'associent actuellement à d'autres vaccins qui sont, eux, recommandés mais pas obligatoires et qui sont vendus plus chers. Les parents n'ont aujourd'hui le choix qu'entre un quadruple vaccin (DTP + coqueluche), ou quintuple (DTP+coqueluche+influenza), ou enfin sextuple (DTP+influenza+hépatite B).

La loi, qui n'impose que trois obligations de vaccination, implique nécessairement qu'il soit possible de s'y conformer en usant de vaccins qui ne contiennent que ces trois vaccinations, a argumenté le Conseil d'Etat.

►►► CONSULTER | Le calendrier vaccinal des autorités sanitaires

Le vaccin DTP doit être disponible sans association, ou bien la loi doit changer selon le Conseil d'Etat
Le vaccin DTP doit être disponible sans association, ou bien la loi doit changer selon le Conseil d'Etat © Visactu / Visactu

Il existe depuis des mois de fortes tensions d'approvisionnement pour les vaccins tétravalents (DTP + coqueluche) et pentavalents (qui vaccinent aussi contre l'haemophilius influenza, une bactérie à l'origine de certaines méningites). En pratique, "seuls les vaccins hexavalents (qui comportent les trois vaccins obligatoires + coqueluche, haemophilius influenza et hépatite B) sont aujourd'hui disponibles", avait reconnu le 16 janvier le rapporteur public du Conseil d'Etat.

Demain, plus de vaccins obligatoires ?

Dans la foulée de la décision du Conseil d'Etat, le ministère de la santé a publié un communiqué. Il annonce qu'il pourrait faire évoluer la liste des vaccins obligatoires pour les enfants de moins de 18 mois.

Le vaccin le plus controversé : celui contre l'hépatite B

En France, on estime que l’hépatite B chronique touche environ 0,65 % des adultes âgés de 18 à 80 ans, soit environ 280 000 personnes. Le virus se transmet par le sang, le sperme et les sécrétions vaginales. la contamination se fait soit par voie sexuelle , par piqûre avec des seringues contaminées ou du matériel de tatouage et de piercing non désinfecté, de mère à enfant pendant l'accouchement ou par allaitement dans des régions où la prévention de l'infection chez les nouveaux nés par vaccination dès la naissance n'est pas faite (Afrique et Asie).

Selon le Pr Henri Joyeux, chirurgien et cancérologue, militant anti-vaccin à l'origine de la pétition, les 65% de cas officiels de Sclérose en plaques de plus suivent à chaque fois une campagne de vaccination contre l'hépatite B.

Par ailleurs, les autorités sanitaires rappellent qu'à ce jour, aucun lien scientifique n'a été montré entre la vaccination contre l'hépatite B et les affections comme la sclérose en plaques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.