najat vallaud-belkacem assure que le délit de racolage passif sera abrogé
najat vallaud-belkacem assure que le délit de racolage passif sera abrogé © reuters

Le délit de "racolage passif" va sûrement disparaître de la loi, dix ans après son apparition.

Les sénateurs socialistes ont en effet décidé de soutenir la proposition de loi de l’écologiste Esther Benbassa qui propose de l'abroger, proposition examinée aujourd'hui au Sénat.

Le parcours du texte a été chaotique avant son examen en séance, illustrant le malaise au sein du PS sur la prostitution, entre "abolitionnistes" partisans de la suppression de la prostitution et de la pénalisation des clients, et d'autres qui considèrent qu'il est vain de lutter contre la prostitution, et prônent plutôt la protection des prostituées .

Avant 2003, le racolage, c'est à dire le fait d'inciter à des relations sexuelles tarifées, était puni d'une simple contravention.

La loi sur la sécurité intérieure de 2003 en a fait un délit passible de deux mois d'emprisonnement, y compris si ce racolage est "passif".

La loi était censée diminuer les troubles à la tranquillité publique, tout en permettant de lutter contre le proxénétisme. Est ce le cas ?

Eléments de réponse avec Corinne Audouin

###

Dépénaliser la prostitution

Pour les associations et les prostituées elles mêmes, cette loi a entraîné une plus grande précarité. Elles se disent régulièrement arrêtées même quand elles n’ont pas racolé et dénoncent un amalgame entre le racolage, qui est un délit, et la prostitution, qui n'est pas illégale.

Les prostituées dénoncent abus et harcèlements des policiers et des arrestations qui au final débouchent sur très peu de condamnations. Après 24 heures, elles sont soit remises en liberté, soit déférées au parquet, avec placement au dépôt, qui débouche le plus souvent sur un simple rappel à la loi.

Les prostituées ne souhaitent pas plus la pénalisation des clients. Une seule solution pour les travailleurs du sexe : être considérés comme des travailleurs indépendants comme les autres.

Reportage au Bois de Boulogne de Julie Marie-Leconte

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.