Le Thomas Fire a déjà détruit en deux semaines plus de 1 100 kilomètres carrés dans le sud de la Californie, de San Diego à Santa Barbara en passant par de nombreux quartiers de Los Angeles. Les vents s'annoncent encore violents et seule la moitié de l'incendie est maîtrisée.

Californie : le Thomas Fire menace de repartir en raison de la reprise de vents violents
Californie : le Thomas Fire menace de repartir en raison de la reprise de vents violents © Reuters / Gene Blevins

Le comté de Santa Barbara en Californie est en alerte : les vents violents risquent de redonner de l'ampleur à l'incendie, toujours actif près de deux semaines après son déclenchement dans la région de Los Angeles.

Après quelques jours de relative accalmie, les services météorologiques ont mis ce comté en alerte rouge en raison de "vents violents et d'une faible humidité".  Les rafales devraient atteindre les 80 kilomètres par heure. 6 800 pompiers sont toujours mobilisés, un nombre revu à la baisse par rapport aux 8 500 soldats du feu mobilisés auparavant.  Mais malgré les avancées positives du début de semaine, la région demeure "dangereusement sèche" selon plusieurs agences. Le Thomas Fire, deuxième plus grand incendie en Californie depuis 1932 a ravagé 1 100 kilomètres carrés en deux semaines (au 20/12/2017)

Lundi et mardi, les pompiers ont tenté de gagner du terrain sur "Thomas", considéré comme le deuxième plus gros incendie de l'histoire de la Californie, après "Cedar" en 2003.  S'il progresse, il est d'ailleurs en passe de devenir le premier plus gros incendie de l'État.

Cal Fire, le service de lutte contre les incendies, a concentré ses moyens ces derniers jours sur la petite ville de Montecito, où vivent de nombreux milliardaires, située à environ 80 km au nord-ouest de Los Angeles.

Thomas a déjà détruit 1 300 bâtiments et 110 000 hectares - soit presque la taille de Los Angeles - depuis son déclenchement le 4 décembre. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.