le giec insiste sur les risques liés au changement climatique
le giec insiste sur les risques liés au changement climatique © reuters

Le GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ont rendu leur deuxième rapport ce matin à Yokohama au Japon. Le premier avait confirmé la responsabilité de l'homme dans la hausse de la température. Là il s'agissait de mesurer les impacts de cette fièvre sur la vie de l'humanité.

Pour chaque degré supplémentaire, les ressources en eau risquent de diminuer de 20% en moyenne. Les pays du Sud qui vivent déjà des stress hydriques seront les premières victimes de pénurie. .

Moins d'eau et aussi moins de nourriture : la production de céréales pourrait chuter de 2% tous les 10 ans. Et cette baisse de rendement touchera tous les pays au Nord comme au Sud. D'ailleurs en France, la nature témoigne déjà de la difficulté à s'adapter au changement climatique. C'est le cas pour les arbres.

Gilles Boeuf, président du Muséum national d'histoire naturelle

Ça marche assez bien en montagne, les arbres ont grimpé d'une centaine de mètres sur 18 ans pour correspondre au changement de la température, mais en plaine ils ne font pas le chemin. Ca souligne le problème actuel du changement ça va vite beaucoup trop vite.

Cette rapidité déjà constatée sera ponctuée par des catastrophes : inondations, tempêtes. Elle poussera sur les routes migratoires des populations qui ne pourront plus vivre dans leurs pays. Le GIEC rappelle que ces migrations pourront être facteur de guerre.

C'est d'ailleurs pour cela que les experts du climat ont obtenu le prix Nobel de la Paix en 2007. Leurs rapports et leurs alertes étant considérés comme une œuvre de paix.

Néanmoins, les experts du Giec estiment qu'il est encore temps d'éviter ces scénarios catastrophe pour la planète, si des décisions courageuses sont prises rapidement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.