Jusqu'à présent, le personnel médical demandait son avis à la famille, faute d'information sur les intentions du défunt. Désormais, seul le registre national des refus fera foi.

Le don d'organes désormais clarifié
Le don d'organes désormais clarifié © AFP / JIJI PRESS

En France, tout défunt est considéré comme donneur d'organes SAUF s'il s'est inscrit sur le registre national des refus. On peut d'inscrire sur ce registre dès l'âge de 13 ans. La loi du consentement présumé existe depuis 40 ans. Si l'on n'a pas clairement exprimé son refus de donner, on est automatiquement considéré comme donneur. Mais sur le terrain, la loi n'est pas souvent appliquée, et le personnel médical préfère demander à l'entourage du défunt. Il fallait donc clarifier les choses, car dans un tiers des cas l'entourage refuse le prélèvement. Par le biais de la loi santé votée il y a un an, le principe du consentement présumé est réaffirmé à partir de ce 1 er janvier 2017.

Objectif : augmenter le nombre de dons

20 000 personnes en France sont en attente de greffe. Un peu moins de 6 000 ont pu être réalisées en 2015, qui pourtant était une "bonne" année. Les donneurs potentiels, de jeunes accidentés de la route par exemple, n'ont presque jamais précisé à leurs proches quelles étaient leurs intentions.

La loi santé va mieux faire connaitre et multiplier les moyens par lesquels on peut faire connaitre son choix : via internet, via un courrier auprès de l'Agence de biomédecine qui coordonne les dons d'organes, ou encore en parlant à ses proches.

Théoriquement, quand les choix des uns et des autres seront mieux connus, on pourra peut-être prélever plus facilement, et on augmentera le nombre de greffons disponibles.

Ça clarifie, ça rassure ceux qui sont contre le don d'organes. Mais on ne fait rien pour encourager ceux qui sont favorables. Pierre Noir, de France ADOT, qui regroupe les associations pour le don d'organes.

L'année 2015, bonne année pour les greffes en France

Le succés des dons d'organes
Le succés des dons d'organes © AFP / Paul DEFOSSEUX Jean-Michel CORNU

► POUR EN SAVOIR PLUS | 1er janvier: les bonnes (et moins bonnes) surprises de 2017

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.